Actualités

« Au bidonville du 15 May, la misère est de qualité allemande. »

FR - 30/07/2019

Depuis plus de trente ans, le bidonville du 15 May est une zone abandonnée où vivent cinq-cents familles. 5.000 personnes sont entassées entre une déchèterie sauvage, un cimetière et une carrière de ciment. Au sein du bidonville, le père Athanasius, prêtre copte orthodoxe, sert d’autorité civile et morale. Il vous partage aujourd’hui la vie dans ce havre de paix au milieu des ordures.

99% des habitants sont des chiffonniers, des collecteurs et des trieurs de déchets. Les plus « riches » peuvent se payer une petite charrette et un âne pour transporter les ordures, les autres travaillent à pied.

sos chretiens orient bidonville egypte volontaireLes plus aisés vivent entre quatre murs sans toit et occupent leur temps dehors à trier les ordures. Les autres familles vivent, jouent et respirent dans les ordures et dorment dans une petite cabane de tôle à côté. « Cet hiver, nous avons dû ouvrir l’église pour mettre les chiffonniers au chaud et à l’abri des orages. Sans toit, ils n’arrivaient pas à dormir à cause du froid et de la pluie. » Dans les déchets, leur tienne compagnie des rats et des souris. « Une femme a retrouvé son bébé de trois mois qui se faisait mordre par un rat. Nous avons dû l’amener à l’hôpital à deux heures de route. »

Ici, il n’y a pas d’électricité et pas d’eau potable. Illégalement, les habitant alimentent en électricité le bidonville grâce au seul câble du souk de la ville voisine. Il y a six ans, l’État a fait construire un canal pour prévenir des inondations, et a lancé un projet de raccordement à l’électricité mais « on attend depuis dix ans. »

Le cœur sur la main, le Père Athanasius se préoccupe principalement des cinq-cents bébés qui vivent au 15 May. Ils n’ont rien et ne connaissent rien que les bouteilles de plastique, les odeurs nauséabondes, les pelures de fruits. « Les enfants se lèvent le matin vers quatre heures. Ils ne se lavent pas car il n’y a pas d’eau ; ils ne changent pas de vêtements car ils n’en n’ont pas d’autres ; ils ne vont pas à l’école, ils n’en ont pas les moyens. Une fois, nous avons contacté les écoles de la ville voisine pour que les enfants aillent en cours. Les professeurs ont cru qu’ils venaient pour nettoyer l’école et les ont insultés...

Les enfants doivent apprendre à vivre, ils ne connaissent pas la vie normale. Nous voulons les sauver. Je dis souvent que la misère ici est de qualité allemande, » poursuit le Père Athanasius en rigolant.

« Grâce à SOS Chrétiens d’Orient nous avons commencé la construction d’un hôpital et nous espérons maintenant avoir accès à l’eau potable grâce à un puits et être raccordés à l’électricité. »

sos chretiens orient egypte ezbet mayL’action de l'association dans le bidonville du 15 May date de la fin 2018. En janvier pour Noël et à Pâques, les volontaires du Caire étaient venus distribuer des colis alimentaires aux familles. « C’était merveilleux ! C’était merveilleux, je le redis. » s’exclame le Père Athanasius en se signant.

« Je voudrais que des volontaires de l’association viennent de façon permanente au 15 May pour surveiller l’avancée des travaux et le bon déroulement des futurs projets et faire respecter des règles. Je voudrais aussi qu’ils apprennent le français, l’anglais et les chiffres aux enfants. Nous devons sauver ces enfants. Nous devons leur apprendre ce qu’est la vie. Celle qu’ils doivent vivre. »

Afin d’être au plus proche de la population et d’aider au mieux les chiffonniers du bidonville, SOS Chrétiens d’Orient enverra d’ici peu des volontaires qui y prendront leur quartier de façon permanente. Pour mener à bien ce projet, nous avons besoin de collecter 5.000€. Soutenez l’action des volontaires, faites un don.