Actualités

En Jordanie, des familles chrétiennes rescapées d'Irak en manque d'avenir

FR - 05/08/2019

Amman, milieu d’après-midi. Les rues sont animées : les klaxons retentissent et le chant du muezzin résonne dans les rues de la capitale jordanienne.

sos chretiens d orient jordanie amman rue circulation

Entre deux devantures de magasins, un jeune homme nous intime de le rejoindre et de le suivre. Il traverse l’entrée de l’immeuble et nous nous engageons à sa suite. La cage d’escalier est sombre, le tumulte laisse place à un silence presque pesant. Quelques marches plus tard, il nous invite à entrer dans son séjour. De nombreux fauteuils encerclent la pièce, la télévision est allumée, une petite fille se redresse et nous sourit. Les murs ne sont habillés que d’un chapelet et de quelques images religieuses. L’homme commence son récit. Sa jeune épouse s’occupe de leur fille, qui nous écoute tout en jouant avec les quelques objets qui traînent çà et là.

Ils vivaient à Tel Keppe, un village chrétien en Irak près de Mossoul. Les tensions entre l’armée kurde et l’Etat Islamique ont amené la destruction progressive de plusieurs quartiers par de nombreux échanges de bombes. Leur décision de fuir Tel Keppe fût prise dans la journée du 5 août 2014, la veille de la prise de Mossoul et des villages frontaliers par Daesh. Leur vie a basculé depuis ce jour : ils vivent désormais dans l’incertitude du lendemain, n’ont aucun projet, attendent simplement de pouvoir rejoindre un pays plus sûr pour leur famille.

Il sourit beaucoup, malgré tout, change tout le temps de position. Il regrette d’avoir tout quitté, mais remercie le Seigneur d’avoir préservé sa vie et de lui avoir donné une fille. Sa femme, elle, ne regarde que son mari. Le récit fait resurgir la douleur de la séparation, du déracinement. Elle ne peut retenir une larme qu’elle sèche rapidement du revers de la main, avant d’esquisser un sourire vers sa petite fille.

sos chretiens d orient jordanie amman ruelles porche

Comme cette famille, beaucoup d’Irakiens ont dû fuir l’Etat Islamique pour venir en Jordanie, un pays encore préservé des offensives. Ils n’ont en revanche pas le droit de travailler et doivent donc vivre sans revenus. Ils sont également en marge de la société car seulement 3% de la population est chrétienne en Jordanie. Les enfants ne vont pas à l’école, les plus grands ne poursuivent pas leurs études. L’avenir est bien morne pour ces familles déracinées que les volontaires de SOS Chrétiens d’Orient rencontrent chaque jour en Jordanie. 

Soutenez ces familles chrétiennes, aidez-nous à améliorer leur quotidien : 

- avec 3€, vous leur offrez 5L d’eau potable ;

- avec 50€, vous nourrissez une famille de 6 personnes pendant une semaine.

Faites un don !