Actualités

« J’ai tout perdu mais il me reste la Sainte Vierge ».

FR - 13/08/2019

Tous les jours, les volontaires de SOS Chrétiens d’Orient à Erbil visitent des familles isolées. Aujourd’hui, nous étions chez Najwa, une femme seule de 55 ans. Elle nous ouvre la porte avec un grand sourire qu’elle a arboré pendant toute la visite. Elle nous a gentiment offert un café à la cardamome et nous a raconté son histoire. sos chrétiens d orient irak erbil femme donation

Najwa fait partie des 5000 personnes que SOS Chrétiens d’Orient a rencontrées depuis ses débuts en Irak, pour leur apporter présence, assistance et espérance. Là est le cœur de nos missions. 

Après les présentations, où nous avons appris qu’elle était originaire de Mossoul, elle commence à nous livrer son témoignage.

Nous sommes à la fin des années 2000. À Mossoul, la situation n’est pas facile pour Najwa. Elle entend parler de plus en plus fréquemment d’enlèvements de chrétiens, le pays est instable. De nombreux chrétiens ont commencé à prendre peur. « Et si ma famille était la suivante ? », se demande-t-elle. En 2008 alors qu’elle habitait à Mossoul depuis sa plus tendre enfance, Najwa prend la décision de partir avec sa mère à Qaraqosh. La ville est plus sûre et surtout elle y sera aux côtés de son frère et sa belle-sœur.

Toute sa nouvelle vie à Qaraqosh s’est construite autour de sa mère, « je l’aimais tant » dit-elle. Avec des yeux mélancoliques, elle nous dit s’en être occupée jusqu’à son décès en 2012. Comme dans la majorité des familles orientales, Najwa ne concevait pas de laisser sa mère dans une maison de retraite, elle aurait eu l’impression de l’abandonner. Un tel dévouement est d’autant plus impressionnant que Najwa souffre de graves problèmes de santé. Alors qu’elle n’était qu’une enfant, un de ses camarades l’a poussée du toit de son école primaire. Depuis ce jour, elle endure un grand nombre de handicaps et de souffrances… A cause de cet accident à l’âge de 6 ans, elle a tout d’abord perdu la mémoire pendant plusieurs semaines puis la vue pour un moment. Maintenant, dit-elle « il est difficile pour moi de marcher et je ne peux plus utiliser mon bras droit. Mais je remercie Dieu qui m’en a donné un deuxième, car si je ne l’avais pas eu, je n’aurais pas été capable de soulever ma mère toutes ces années ».

La situation était de plus en plus difficile à Qaraqosh. « Chaque jour était éprouvant mais nous ignorions que deux années plus tard, le pire allait arriver ». En juin 2014, après avoir envahi Mossoul, Daesh menaçait la plaine de Ninive. Six ans après être arrivée, Najwa est donc obligée de fuir Qaraqosh. Son frère et sa belle-sœur parviennent à s’échapper avant elle. Elle les rejoindra en voiture trois jours plus tard à Erbil grâce à ses voisins. Elle arriva ainsi dans une caravane sans salle de bain, cela allait être son quotidien pendant trois ans, dans la promiscuité et la précarité du camp de déplacés. sos chretiens d orient donation femme volontaires

Najwa, avec sa voix qui tremble nous dit « j’ai tout perdu, personne ne se soucie de moi ». Ce désespoir de Najwa est partagé par de nombreux chrétiens à Erbil qui ont dû rebâtir leur vie à plusieurs reprises et ont tout perdu à chaque fois. Malgré tout, elle dit conserver une protection qui ne la quittera jamais : la Sainte-Vierge. Nous sommes profondément touchés par ce témoignage d’espérance. 

Au moment de la remercier bien chaleureusement pour le temps qu’elle a passé avec nous, elle nous confie être vraiment heureuse de recevoir de la visite. « Shoukran djazilan ! » furent les derniers mots échangés, après avoir prié avec Najwa. Nous la reverrons bientôt pour lui donner deux colis (un alimentaire et un d’hygiène), elle n’a pas les moyens de se procurer des produits de première nécessité.

Tout comme Najwa, d’autres familles ont besoin de nous, ont besoin de vous. Ces donations que nous faisons sont possibles grâce à la générosité des donateurs de SOS Chrétiens d’Orient. 

Pour une famille, un sac de nourriture permettant de couvrir les besoins d'un mois entier, coûte 30 euros. Aidez les chrétiens d’Orient dans leur quotidien, faites un don