Actualités

Egypte - Le capitaine Hadock perdu sur les toits du bidonville d’Ezbet El Nakhl.

FR - 04/09/2019

Dans l'école de Marlène, tenu par les sœurs de la Congrégation des filles de Marie, environ trois-cent cinquante enfants pauvres du quartier d'Ezbet el Nakhl sont quotidiennement accueillis pour des cours d'anglais et de mathématiques. Les volontaires quant à eux y dispensent des cours de français depuis peu !

« Mille milliards de mille sabords ! Qu’est-ce que c’est ce boucan ! » s’exclame le capitaine Hadock. Il est tout juste 8h et le capitaine est éveillé par des cris des enfants.

sos chretiens orient egypte ezbet cole chiffonniers« Allez allez debout capitaine, ce sont les enfants de l’école de Marlène, ils viennent se défouler sur le toit de leur école, » s’exclame Dumbo en chatouillant le capitaine du bout de sa trompe.

« Mais d’où viennent-ils, tonnerre de Brest ? »

« Du bidonville d’Ezbet El Nakhl ! » répond Simba en baillant.

« Et qui sont ces jeunes gens en T-shirt blanc avec un cœur rouge dans le dos ? »

« SOS Chrétiens d’Orient !! » crient en cœur Dumbo et Simba.

Depuis plusieurs mois, les volontaires ont transformé d’un coup de baguette magique, ou plutôt d’un coup de pinceau tout le toit de l’école de Marlène ! « Quand la magie prend vie ! » : Capitaine Hadock, Tintin, Milou, le professeur Tournesol, Olaf, Simba, les Schtroumpfs, Barbapapa, Titi et Gros Minet, Tom et Jerry, le Petit Prince… ont pris place sur les murs de la cour.

sos chretiens orient ecole ezbet egypte peintureRécemment arrivé, le capitaine Hadock est un peu déboussolé :

« Ils sont turbulents ces enfants, ils s’agitent tout le temps ! Que viennent-ils faire ici ? » râle ce dernier.

« Mais vous ne comprenez rien Capitaine, intervient le Petit Prince, cet endroit leur permet de sortir de leur quotidien, de leur misère »

« Regardez la petite Mohrael, poursuit-il, comme elle est heureuse d’apprendre le « Je vous salue Marie », de partager ces moments avec ses amis et les volontaires. Pourtant si vous regardez d’encore plus près vous verrez que son bras droit a été brûlé, personne ne connait son histoire mais les moments passés ici sont plus légers et promettent de joyeux souvenirs. »

« On essaye d’égayer leur vie de chiffonniers ! » raconte Obélix en avalant rapidement son petit déjeuner constitué d’un gros sanglier cuit à la broche.

« Allez allez dépêchons, gronde Barba-maman, les enfants arrivent ! »

Beaucoup de rires sur ce toit, il n’y a pas de place pour l’ennui, seulement pour les rêves !

A bientôt pour la suite des aventures de nos chiffonniers et de leurs amis. Aidez-nous dans ce voyage féerique à donner vie à d'autres personnages sur le toit de leur école ! Un pot de peinture coûte 8 euros, faites un don.