Actualités

Les femmes en noir de Sadad #10

FR - 25/09/2019

Au cœur de Sadad, un des plus anciens villages du monde, nous avons rendez-vous avec Milad, le frère d’Abdou, jeune martyr de Sadad. Alors que nous contemplons les rues de ce village aux portes du désert, la voiture s’arrête devant une simple maison décorée de trois jolis rosiers. 

sos chretiens orient syrie sadad famille martyre volontaireA bras ouverts, les parents de Milad, Abdou et Nabil nous accueillent et nous partageons le thé et quelques gâteaux provenant de leur petite boutique. Dans le salon, beaucoup de photos de leurs enfants sont affichées. Timidement, nous posons quelques questions à propos d’Abdou, mais le père nous répond la gorge serrée : « Il est mort à la guerre, c’est tout ».

En Syrie, le service militaire est encore en vigueur pour tous les hommes en âge de se battre. A 18 ans, deux choix se présentent : faire son service militaire dans l’armée ou s’engager dans la police. Malheureusement pour éviter ce système, certains d’entre eux quittent la Syrie.

Pour cette famille, il était impensable d’abandonner son pays en temps de guerre. Si les deux ainés se sont engagés dans l’armée, Abdou le cadet a rejoint la police. 

« Abdou était un jeune garçon généreux et serviable. Il a arrêté l’école à 13 ans pour travailler et ramener un peu d’argent chez nous. J’avais peur pour lui, c’était le plus jeune, » nous confie sa maman.

sos chretiens orient syrie deir ezzor destructionSitué sur les rives de l’Euphrate, Deir-ez-Zor était une ville agricole très prospère avant la guerre. Le 14 juillet 2014, les djihadistes de l’État islamique prennent la moitié de la ville ainsi que la totalité de la province. L’armée arabe syrienne reprend le contrôle de la ville en 2017. 

Abdou, âgé de 18 ans, est envoyé avec sa brigade de police en renfort à Deir-ez-Zor en 2016. Les combats y sont rudes et incessants. Quand Abdou aperçoit son supérieur, gravement blessé, il n’écoute pas les conseils de ses frères d’armes et affronte le danger pour le secourir. Cet acte héroïque lui coûte la vie. Il reçoit une balle en plein front et décède sur le coup. 

« Il admirait tant ce chef, » raconte son père. « Il venait aussi de Sadad. Il était comme un frère. On est tous de la même famille, ici ».  Malheureusement, son courage n’a pas permis de sauver son supérieur. Deux jours après, il perdit la vie car ses blessures étaient trop profondes.

Abdou était ce jeune homme de 19 ans qui après un an et deux mois de service a donné sa vie pour son pays et son prochain. Cette belle rencontre se termine avec les mots de sa mère, remplis de larmes : « C’était la volonté de Dieu ».

Tout au long de l'année, les volontaires de SOS Chrétiens d'Orient sont aux côtés des familles martyres de Sadad. Rejoignez-les en mission pour découvrir leur histoire, leur culture et partager leurs joies et leurs souffrances.

#1 - Les femmes en noir de Sadad : Mayada ne s’habille qu’en noir et se refuse toute nourriture sucrée depuis sept ans.
#2 - Les femmes en noir de Sadad : « Le vrai tombeau des morts, c'est le cœur des vivants. »
#3 - Les femmes en noir de Sadad : « Mon fils ne m’appartient pas, il appartient à Dieu. »
#4 - Les femmes en noir de Sadad : « La dernière information qu’elle détient sur son fils est la vidéo de son enlèvement. »
#5 - Les femmes en noir de Sadad : Une longue période de colère contre Dieu, contre sa foi, contre tout ce qui lui rappelle ses enfants disparus…
#6 - Les femmes en noir de Sadad : « Le temps que les secours arrivent, il se vide de son sang. »
#7 - Les femmes en noir de Sadad : « Il est mort pour la patrie, pour un idéal de vie. »
#8 - Les femmes en noir de Sadad : « En défendant Sadad, il y laissera le vie. »