Actualités

Derniers jours de vacances pour les enfants syriens de Sadad.

FR - 01/10/2019

Il fait très chaud ce matin à Sadad. Il est à peine 9h mais le soleil est assez fort pour tous nous contraindre à prendre nos casquettes et nos chapeaux. La crème solaire est elle aussi indispensable.

A peine le centre du camp d'été en vue, nous entendons déjà les cris enjoués des enfants. Au moment de passer la porte en fer, les cris s'estompent. Nous profitons de quelques secondes d'ombre, avant de ressortir dans la cour. Une centaine d’enfants est là, tous en rang, divisés par âge.

Alors que la couleur ocre des maisons et des chemins rocailleux prédomine à Sadad, les enfants sont tous habillés de leurs t-shirts aux couleurs chatoyantes, un rose bonbon pour les filles et un orange carotte pour les garçons. Les animateurs quant à eux sont en blanc, ils se confondraient presque avec nous. Alors que nous les rencontrons pour la première fois, nous avons l'impression qu'ils nous connaissent déjà. « SOS ! », certains le disent à tue-tête, d'autres le murmurent tout bas à leurs voisins.

Je suis touchée par les mots qu’ils chantent pendant la prière « N’ai pas peur, Dieu sera toujours avec toi » tirée de la chanson Ma Thaf. Sous le regard de Notre Père, les jeux commencent. Balle au prisonnier, 1 2 3 Soleil, les enfants courent et rient. Leur innocence me réchauffe le cœur. Au fond de la cour, une animatrice monte le son de la musique. En rythme les petits T-shirt rose et oranges se dodinent, les mains en l’air, l’un des enfants aperçoit mon regard, il se redresse et cherche à m’impressionner.

sos chretiens orient syrie sadad camp eteAlors qu’à l’intérieur du bâtiment, les enfants décorent les couloirs de leur empreinte de main, la classe des moyens  1 vêtus d’un t-shirt Argentin s’apprête à affronter celle des moyens 2, vêtus d’un t-shirt espagnole. Nous sommes à quelques minutes du coup d’envoi, les supporters des deux classes ambiancent la cour de récréation. Quelle vivacité ! Les joueurs défient les règles du football, et c’est le gardien qui quitte sa cage pour venir marquer. Son nom résonne dans la cour « Fadi Fadi Fadi »  Bilan du match : malgré de belles prouesses, l’Argentine perd 2-1 face à l’Espagne. 

 « Cette scène, toute banale, a un parfum de résurrection quand on se souvient ce qu’a subi ce village qui a donné plus d’une trentaine de martyrs. » nous confie le père Aubry. 

Cette jeunesse est l’avenir de la Syrie, aidez-nous à les soutenir pendant les vacances comme sur le chemin de l’école : faites un don.

Marie, volontaire en Syrie.