Actualités

Témoignage volontaire – Vivre et se reconstruire, au risque de tout reperdre.

FR - 11/10/2019

Cela fait quatre jours que j’ai quitté la maison mère d’Erbil pour rejoindre le petit village chrétien de deux-cent habitants de Bana sor, perdu au milieu des collines. Il se situe à quinze minutes d’Aqra, une grande ville musulmane du Kurdistan irakien.

Il fait toujours aussi chaud la journée (40 degrés à 9h30 ce matin) mais l’air est un peu plus frais et respirable une fois le soleil couché. Clothilde et moi avons rejoint Gautier et Aubry, déjà sur place depuis plusieurs mois. Dans deux semaines, je prendrais la succession de Gautier au poste de responsable des projets de Bana Sor.

***

Sur les hauteurs d’Aqra, dans la chapelle abandonnée.

 sos chretiens orient irak eglise aqra volontaireNotre projet principal est de reconstruire la chapelle d’Aqra construite au XIXème siècle, pillée au XXème siècle. Elle surplombe la ville d’Aqra et ses 23.000 habitants musulmans.

Chaque matin, notre traducteur vient nous chercher en voiture devant la maison pour nous y conduire, enfin, pour nous déposer dans le centre-ville.

Une ascension courte mais intense d’une dizaine de minutes jusqu’au chantier nous attend. Nous montons les marches des petites rues entre les maisons, dont les portes entrouvertes nous laissent humer les odeurs des mets irakiens ou entendre les discussions des familles réveillées. La rue est sale et sent le bétail. De nombreux poulaillers et des cages à oiseaux y sont entreposés.

Nous sommes tout de suite surpris du regard des habitants lorsque nous sortons de la voiture et entamons l’ascension vers l’église. A tel point que j’ai l’impression qu’ils nous montrent parfois du doigt.

Cela fait trois mois qu’ils voient une petite équipe d’occidentaux avec le même t-shirt blanc en tenue de chantier monter tous les matins à l’église pour y travailler, alors que cette dernière est désaffectée depuis bien longtemps.

Des amis de Petrus (Pierre), notre traducteur, nous ont affirmé que les habitants regardent plutôt d’un bon œil notre action. Ils sont principalement surpris que des Français parcourent des kilomètres depuis leur pays pour venir ici reconstruire bénévolement cette église. Pas d’hostilité donc, notre action étant bien trop modeste pour y voir une éventuelle croisade de l’Occident en t-shirt blanc avec un grand cœur rouge dans le dos.

sos chretiens orient irak aqra reconstruction eglise volontaireD’ailleurs, tous les matins, la famille musulmane, qui occupe la maison jouxtant l’église, nous apporte le thé avec de petits gâteaux souvent faits maison. Leurs deux enfants jouent sur le chantier pendant que nous travaillons. Nous nous amusons avec eux et ils nous apprécient beaucoup.

Nous espérons que ces deux petits garçons garderont, une fois adulte, le souvenir de ces jeunes chrétiens souriant qui reconstruisaient cette église et avec lesquels ils aimaient s’amuser. Ainsi, peut-être feront- ils partie plus tard de ceux qui s’opposeront au pillage des églises et à la fuite massive des chrétiens de la région.

Chaque matin, en rénovant la chapelle partiellement détruite, j’ai l’impression de contribuer, très modestement, à mon échelle, au travail fait par les apôtres et en particulier Saint Thomas en Irak il y a 2000 ans. Au loin, les chants des muezzins résonnent dans la vallée, surplombée par notre belle petite chapelle, dont peut-être un jour les cloches se remettront à sonner.

***

Le message du Christ vécu dans le berceau du christianisme.

sos chretiens orient irak bana sor volontaire peintureL’après-midi, nous peignons les façades des magasins du village pour y mettre un peu de gaieté, l’essentiel des bâtiments étant des constructions en parpaing de ciment datant de 2007. Les habitants ont pour la majorité fuit Al-Qaida entre 2007 et 2009 avant de venir s’installer à Bana Sor. Désormais, l’épicerie est habillée de jaune, le magasin de vêtements de rose, le barbier d’orange… Le village semble plus vivant et chaleureux. Le cadre est magnifique. Il faut imaginer des collines couvertes d’herbe jaune desséchée par le soleil s’étendant à perte de vue sans arbres. Cela peut faire penser aux plaines de Mongolie.

Le soir, nous avons l’habitude de jouer au foot ou au volley avec les jeunes du village. L’ambiance y est toujours excellente, nous y sommes célébrés comme des stars. Pas un jeune du village, croisé dans la rue, ne manque de nous appeler et n’accoure pour nous taper amicalement la main.

Cette semaine, nous avons lancé un nouveau projet hebdomadaire. Nous donnons un cours d’anglais au 16-35 ans dans un jardin au pied de l’église. Désormais ces cours auront lieu tous les vendredis de 18h à 19h. La première leçon est un succès, vingt-cinq élèves ont répondu présent. La maîtrise de l’anglais permettra à certains, nous l’espérons, de trouver du travail, et, à d’autre, d’avoir confiance en eux.

Je suis touché de partager leur vie et d’avoir l’infinie reconnaissance des habitants. Notre action rappelle à ce peuple chrétien (parlant le soureth, dialecte de l’araméen, la langue dans laquelle parlait le Christ) qu’ils ne sont pas abandonnés. Je suis parfois très pessimiste sur la situation de chrétiens d’Orient. Je me demande si SOS Chrétiens d’Orient, cherchant à les aider à vivre en Irak, ne fait pas simplement que les accompagner doucement vers une fin certaine qui a commencé depuis bien longtemps. La mission en demeurerait tout aussi belle.

Peut-être même que leur situation n’est que les prémisses de ce que l’occident s’apprêtera à vivre. Si un jour les chrétiens sont définitivement chassés de chez eux, chassés des terres qui furent le berceau de l’Eglise, ils ne pourront plus témoigner du message du Christ. Vu comment l’Occident évolue aujourd’hui, il y a de quoi s’interroger sur une éventuelle fin du christianisme.

Mais je ne peux pas croire que l’enseignement de Christ disparaisse un jour totalement.

sos chretiens orient eglise aqra irak clocherImaginez une seconde un monde dans lequel la bible n’existerait plus, un monde dans lequel les phrases suivantes ne résonneraient plus dans l’esprit des hommes : « Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent », « Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux », « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » …

Tout ce qu’il y a de bon ici-bas sur terre vient de là. Malgré ces considérations je suis optimiste. Dieu a fait des choses bien plus grande en nous envoyant Son fils.

***

Vivre et se reconstruire, au risque de tout reperdre.

Voilà comment nous essayons de donner l’envie à ces chrétiens de rester sur leurs terres et d’y voir un lieu d’avenir. Beaucoup ont le projet d’immigrer en Australie, au Canada ou en France. Nombreux sont ceux qui ont un frère, un cousin ou un oncle, qui ont réussi à obtenir un visa pour quitter l’Irak. Peu sont ceux qui affirment vouloir rester en Irak, ce que je comprends. Certains chrétiens refusent de revenir à Qaraqosh, ville libérée dont ils sont pourtant originaires (qui fut occupée par Daesh) car ils ne trouvent pas le courage de vivre à côté de certains de leurs voisins musulmans.

Les jeunes ont très peu de perspective d’avenir, il leur est très difficile de trouver un travail.

Ils ont perdu ce qu’ils possédaient autrefois, pour fuir Al Qaida ou Daesh : perdu leur travail, leur boutique, leur maison, leurs biens et parfois leurs proches. Il faut donc une énergie supplémentaire pour trouver le courage de tout reconstruire au risque de tout reperdre. La région est si instable que la moindre crise peut semer le chaos.

Apporter cette énergie supplémentaire est, selon moi, le but principal de ma mission avec SOS Chrétiens d’Orient. Cela peut se manifester par notre simple présence, par le fait de voir d’autres jeunes chrétiens motivés traverser le monde pour rebâtir avec eux mais également par tous les projets que nous mettons en place.

Arthur, volontaire en Irak.

Tu veux vivre une aventure exceptionnelle et faire des rencontres inoubliables ? Envoie ta candidature et rejoins les volontaires en Irak.

sos chretiens orient irak volontaire eglise aqra