Actualités

Le pays du Cèdre ravagé par les flammes. Le Phénix renaîtra-t-il de ses cendres ?

FR - 17/10/2019

Depuis le dimanche 13 octobre, 103 départs de feu, la plupart d’origine criminelle, ont dévoré le Liban, en particulier la région du Chouf, réputée pour sa réserve de cèdres. En 24h seulement, des milliers d’hectares sont partis en fumée.

Les flammes apocalyptiques, rappelant celle qui ont embrasé Rome sous l’Empereur Néron, ont carbonisé les forêts et calciné les habitations.

Les vents chauds qui ont soufflé sur le pays ont attisé les foyers les rendant cataclysmiques et faisant exploser des mines datant de la guerre civile. A peine un feu était éteint qu’un autre surgissait au gré du vent qui changeait de direction.

facebook imageDe nombreux chrétiens des régions touchées (Debbiyé sur le littoral du Chouf, à Denniyé au Liban-Nord, et à Kornet el-Hamra dans le Metn) ont du déserter leurs maisons, partir vivre chez des proches, tout laisser. Beaucoup se sont courageusement associés aux pompiers, parfois dépassés par les évènements, pour tenter de maîtriser les gigantesques incendies, allant jusqu’à risquer leur vie, voire la perdre.

Un homme de 32 ans, récemment opéré du cœur, est mort d’une crise cardiaque alors qu’il prêtait main-forte aux secours.

Des dizaines de personnes ont été soignées pour des cas de suffocations. Maisons, commerces, voitures, infrastructures électriques et téléphoniques ont été réduits en cendres.

Si l’Etat et les communes ont été surpris, pris de court, les Libanais ont fait face et continuent à lutter. Ils ont montré une magnifique solidarité. A Beyrouth, une boîte de nuit met à disposition ses locaux pour stocker de la nourriture, de l’eau pour les victimes de la catastrophe, à Damour, à Mechref, des associations distribuent des biens de première nécessité à la population.

Cette matinée du 16 octobre, les volontaires de SOS Chrétiens d'Orient, sains et saufs et éloignés des zones sinistrées ont commencé leurs journées en priant pour tous ceux qui souffrent des dégâts causés par les feux. Certains ont changé leur emploi du temps pour venir en aide aux communes touchées.

A Damour, ils ont été choqués par la nature calcinée autour de la ville, par le spectacle des collines noircies. Une odeur de soufre se dégage. On les aiguille vers la mairie de la ville, ils apprennent que l’association Saint-Joseph va procéder à une distribution de biens.

Ils transportent sur place 140 kilogrammes de nourriture.

A Beyrouth, ils donnent des bidons d’eau potable, qui sont immédiatement chargés dans un camion en partance pour le Chouf… Alors qu’ils sont en pleine activité, ils surprennent des discussions de Libanais.

Certains commencent à songer, alors que certains feux ne sont pas encore maîtrisés, à replanter, notamment des oliviers, la récolte s’annonçant bonne. Mais déjà, des exploitations sont ruinées.

SOS Chrétiens d’Orient, par tous les moyens, par la prière, les dons, l’aide au travail se met actuellement au service de la population libanaise et des chrétiens des régions touchées.