Actualités

Les volontaires fêtent Noël en Arménie : Jour 1.

FR - 02/01/2020

Le jour se lève sur une petite route de montagnes, quelque part entre Erevan et Gyumri. Le van qui nous transporte cahote en direction du Nord-Ouest de l’Arménie, nous rapprochant des frontières turque et géorgienne. Le paysage est désertique : des plaines enneigées à perte de vue, surmontées en fond de quelques montagnes qui se perdent dans le brouillard.

sos chretiens orient armenie lada noel 2019En arrivant à Gyumri, des maisons émergent de la terre. Les constructions sont faites de pierres rougeâtres et noires, qui tranchent dans le blanc de la neige. Les rues sont encombrées de Lada, des voitures datant de l’ère soviétique, et beaucoup de panneaux sont écrits en russe. La ville semble comme figée dans le temps, restée dans les années 80.

Le premier monument auprès duquel nous nous arrêtons, c’est la statue de Charles Aznavour, qui trône sur une place dédiée au chanteur et bienfaiteur de cette région. Les flocons recouvrent d'un manteau de neige, peu à peu, les épaules du grand homme «100% Français et 100% Arménien»  (sic). Ce dimanche matin, Gyumri est encore engourdie dans son sommeil hivernal : tous les commerces sont fermés, pas un chat dans les rues.

Gyumri est la deuxième ville de l’Arménie. En 1988, elle a été victime d’un terrible séisme qui a ravagé toute la région en quelques secondes. C’était un 7 décembre. Juste à l’entrée de l’hiver. Immédiatement, le monde entier s’est mobilisé pour venir au secours de la population arménienne. Mais les organisations humanitaires se sont essoufflées et le monde a oublié Gyumri.

Depuis ce jour dramatique, une grande partie des habitants vivent encore dans les containers installés à l’époque, qu’on appelle ici les « domiks ». Ces toits précaires devaient au début n’être qu’une solution d’urgence pour quelques semaines. Cela fait pourtant plus de trente ans que la population de Gyumri s’en contente, faute de recevoir une aide concrète des gouvernements successifs.

sos chretiens orient armenie noel 2019Nous nous réchauffons rapidement d’un café, avant d’aller participer à la messe dominicale célébrée par le Père Anton, en rite arménien catholique. La petite chapelle, imperceptible de la rue, est aménagée dans un immeuble qui abrite également Radio Mariam, une web radio catholique. Une poignée de jeunes filles forment une chorale et animent la messe, à grand renfort de chants traditionnels. Ici en Arménie, la population chrétienne est très jeune : le pays a connu une vague de retour à la foi à la chute du régime soviétique, qui avait bridé toute expression religieuse.

Après quelques instants de discussion avec le père Anton, nous repartons à la découverte de la ville, accompagnés d’Arek, un jeune père de deux enfants qui habite Gyumri depuis toujours. Nous découvrons l’église apostolique en pleine célébration : les fidèles se bousculent et circulent sans cesse, les prières montent vers la voute de l’édifice, traversant un air saturé d’encens et illuminé par les centaines de bougies déposées auprès des icônes.

Le reste de la ville demeure assez pauvre, marquée par des décennies de ravages communistes. Nous passons le reste de l’après midi à acheter des cadeaux pour les orphelins du couvent de Sœur Aroutsiag. En cette fin de dimanche, les rues se sont animées et nous déambulons entre les étals de viande, posés sur le trottoir et le bord de la route, quand ce n’est pas à même le coffre des voitures. Les magasins sont bondés et passent des chansons de Noël : la plupart des Arméniens font leurs derniers achats, puisqu’ils ne fêtent Noël que le 6 janvier.

sos chretiens orient armenie volontaire noel 2019Nous arrivons donc en fin d’après midi à l’orphelinat, où notre Père Noël distribue les cadeaux. Nous passons la soirée en compagnie des enfants et des sœurs. Le diner est servi dans la salle à manger de où règne une chaleur réconfortante, qui pousse tous les convives à se retrouver autour de chants français et arméniens.

Avec 20 euros seulement, vous pouvez offrir un cadeau à un orphelin de Gyumri. Offrez un Noël à ces enfants, faites un don !

Elisabeth, volontaire en Arménie.