Actualités

Retour sur la mission du Très-Révérend Père de Blignières en Syrie.

FR - 12/01/2020

La Fraternité Saint Vincent Ferrier est une jeune communauté fondée en 1979, basée à Chémeré-le-Roi. A plusieurs reprises, en tant que conseillers spirituels de SOS Chrétiens d'Orient, les Pères se sont rendus dans les pays de mission de l'association pour accompagner les volontaires avant, durant et après leur venue.

Le Très Révérend Père Louis-Marie de Blignières, prieur et fondateur de la Fraternité, s'est rendu en Syrie en novembre 2019. Accompagné de Baudouin, ancien secrétaire général de l'association en Syrie, il a sillonné le pays pendant deux semaines.

S'il nous a fait l'honneur de sa présence en Syrie, c'est d'abord pour rencontrer les prélats locaux, premiers témoins de la tourmente dans laquelle est plongée le pays depuis de longues années. L'objectif était de tisser ou renforcer les liens entre l'Eglise de France, en particulier la Fraternité, et ses homologues syriaques, melkites, maronites et autres Eglises d'Orient.

sos chretiens orient syrie tres reverend pere de blignieres monseigneur marayati alepL’un des moments forts du voyage est incontestablement ces quelques jours passés à Alep, l’un des berceaux de la chrétienté et dont les églises locales ont terriblement souffert du conflit. Le parcours du Père a été riche de rencontres et de récits de ces prélats restés au chevet de leurs fidèles : entretien avec Monseigneur Jeanbart, archevêque grec-melkite catholique de la ville, suivi d’une belle messe célébrée dans la cathédrale reconstruite. Il a aussi pu échanger avec l'évêque Arménien catholique, Monseigneur Marayati, ainsi que le Père Munir, vicaire Syriaque catholique d'Alep.

Le Père de Blignières a pu se rendre compte du formidable travail sur le terrain des communautés qui se sont mises sans relâche au service des populations pendant la guerre avec la visite de l’hôpital des Sœurs de l'apparition puis les échanges avec les Sœurs du Carmel et les Sœurs de Calcutta qui lui ont réservé un chaleureux accueil.

La richesse de ces rencontres tient aussi dans la diversité des Eglises chrétiennes rencontrées. Ainsi, quelques jours plus tard, le Père a rencontré l'archevêque grec orthodoxe de Homs, puis le Père Abdallah, vicaire grec-melkite catholique, avant de venir se recueillir sur la tombe du Père Jésuite Franz, assassiné par les terroristes car il cachait des chrétiens et des musulmans lors des combats de Homs.

Ensuite, son tour de Syrie lui a permis de rencontrer directement les populations qui ont le plus souffert de cette guerre : familles de martyres, membres de la défense nationale, employés syriens de SOS Chrétiens d'Orient… Le passage par le village chrétien de Mhardeh, libérée en août dernier, est un exemple poignant du quotidien d’un village syrien pendant et après les combats. La visite de la ville avec Monsieur Simon, chef de la Défense Nationale locale, a témoigné de la courageuse résistance des habitants. Hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, tous ont répondu à l’appel et ont mis entre parenthèses leurs activités pour protéger le village.

D’autre part, le Père a eu de riches discussions avec les employés syriens de l'association dans les bureaux de Alep ou Homs, évoquant avec eux leurs difficultés du quotidien. Ainsi, c’est face aux ingénieurs de SOS Chrétiens d'Orient qu'il a pu mesurer l’immense défi de reconstruction auquel le pays fait face.

Rien qu’à Homs, plus de 600 demandes de reconstruction de maisons nous ont été transmises... Mais aussi avec les jeunes volontaires syriens de l’association, engagés depuis le début aux côtés des volontaires français et sans lesquels le fonctionnement de l’association serait en péril. Non seulement ils aident les volontaires à surmonter la barrière de la langue, mais leur témoignent aussi de ce qu'ils ont vécu dans leur chair, souvent en ayant dû interrompre leurs études et fuir comme ce fut le cas pour ceux résidants à Alep ou à Homs bombardées.

Enfin, comme ses prédécesseurs de la communauté (le Père Augustin notamment), le Père de Blignières est venu pour voir concrètement l'action des volontaires sur le terrain.

Sa visite du centre culturel d'Alep est révélatrice de l’action efficace de l’association depuis la libération de la ville. Le Père fut émerveillé par la vie de ce lieu de culture où se côtoient dans un joyeux vacarme les syriens. SOS Chrétiens d'Orient s’engage pour la culture et les compétences et talents de chaque volontaire font des merveilles sur le terrain.

sos chretiens orient syrie tres reverend pere de blignieres freres qaraPour conclure ce riche voyage, une retraite avec le Père et tous les volontaires de Syrie fut organisé dans ce havre de paix qu’est le monastère de Qara. A deux pas des monts de l’Anti-Liban, le village de Qara a été le théâtre d’affrontements terribles entre l’armée arabe syrienne et les rebelles au début du conflit.

En prière dans la crypte du monastère et malgré les nombreux obus tombés sur les toitures et les murs du monastère, les sœurs et moines de la communauté de l’Unité d’Antioche ont tenu bon et font aujourd’hui revivre le monastère Saint-Jacques-le-mutilé, qui rayonnait sur toute la région lors de l’occupation ottomane avant la disparition des derniers frères au début du XXème siècle.

Le programme était chargé avec d’une part les travaux agricoles et la participation des volontaires aux œuvres du monastère pour les jeunes de la région (donations de vêtements, de matériel scolaire) avec l’aide d’orphelins recueillis par le monastère pendant les combats. De l’autre des temps d’enseignement étaient dispensés par le Père de Blignières. Au programme notamment, l’étude du Notre Père et ses conséquences sur nos vies de jeunes chrétiens. Les temps spirituels (adoration, confession) et la messe quotidienne en rit dominicain ont donné aux volontaires du sens à leur engagement et service auprès de leurs frères d’Orient.

Jean-Baptiste, volontaire en Syrie.

SOS Chrétiens d’Orient envoie des volontaires tout au long de l’année. Comme le Père de Blignières, venez vivre une expérience inoubliable en Syrie. Ne vous posez pas de questions. Les seules limites sont celles que vous vous imposez.