Actualités

La chrétienté en esclavage

FR - 17/09/2018

La mise en esclavage des chrétiens pakistanais est une triste réalité. Persécutés, sous le joug des lois iniques, les foyers chrétiens sont pauvres. Happés par l’endettement ils sont réduits à un servage d’un autre âge, souvent à vie, par leur employeur musulman. Une solution pour sortir de cet enfer : la fondation de villages chrétiens autonomes voulus par le père Emmanuel Parvez.

Les adorateurs de la Croix sont trois millions à vivre en République islamique du Pakistan. Ils sont une goutte d’eau dans ce pays de plus de deux cents millions d’âmes à majorité musulmane. Considérés comme une sous-humanité, les chrétiens comptent parmi les minorités les plus persécutées au monde en raison de leur foi.

Esclave de Mahomet, homme libre du Christ.

Paysans sans terres, marginalisés dans des régions rurales isolées, les chrétiens ont peu de moyens de subsistance. Pour survivre, ils acceptent des emplois de manœuvre dans de petits ateliers locaux comme des briqueteries. Payés l’équivalent de trente euros par mois pour des journées de dix heures d’un dur et fastidieux labeur, ils laissent vingt euros à leur propriétaire pour les repas et un logement misérable en terre battue. Ce qui leur reste est insuffisant pour acheter le minimum indispensable pour leurs enfants. Cette situation les conduit à s’endetter auprès de leur employeur qui abuse de la détresse de ces familles pour les réduire à un véritable état de servitude économique dont ils sont incapables de sortir.

Cette toute puissance des usuriers ruraux peut avoir des conséquences tragiques. En juillet 2017, Javed Mashi, chrétien de 32 ans, est battu à mort par le musulman pour lequel il faisait des travaux ingrats.

La foi de ces chrétiens persécutés est plus forte que la haine de leurs bourreaux. Leur assujettissement ne leur enlève pas leur liberté en Jésus-Christ.

Villages chrétiens autonomes

Le Père Emmanuel Parvez, curé à Pensara, dans le nord-est du Pakistan, appelle au secours SOS Chrétiens d’Orient. Il travaille à un projet vital et salutaire pour son pays : délivrer les foyers chrétiens de l’esclavage causé par l’endettement auprès de propriétaires musulmans.

Pour endiguer ce fléau dont sont victimes ses coreligionnaires, le père Parvez a imaginé des villages autonomes où les chrétiens pourraient subsister en paix. Pour seulement mille euros, une famille chrétienne est en mesure de se libérer du joug de la servitude et de retrouver un toit où vivre sa foi en liberté sans crainte de mauvais traitements.

Persécution, prison, exécution

Les chrétiens pakistanais, qu’ils soient hommes, femmes et enfants, prêtres, religieux et laïcs vivent chaque jour avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête : la loi islamique anti-blasphème. Elle est un moyen, quel que soit le conflit, le litige ou le seul mécontentement d’un musulman, de faire condamner un chrétien à la prison à vie quand ce n’est pas la mort.
Citoyens de seconde zone, les chrétiens subissent au quotidien les plus banales et viles persécutions, quand ils ne versent pas le sang du martyre. Peu avant Noël, neuf chrétiens ont été tués, alors que cinquante autres ont été blessés après un attentat suicide dans le Baloutchistan. Dans la même région, en avril dernier, des tirs sur des chrétiens ont fait leur lot de martyrs.

Les chrétiens de ce pays du sous-continent indien demandent une seule chose : vivre paisiblement leur foi en liberté. A nous de les aider à y parvenir.

 

Libérez les chrétiens de l'esclavage, faites un don https://bit.ly/2N6eZtM

soutenez les chrétiens d’orient en achetant leurs productions locales