Actualités

Les enfants de Damas t’attendent !

FR - 19/11/2018

Enfants de la rue ou issus de familles pauvres, ils ont entre 3 et 18 ans, ils se comptent au nombre de 1.500. A Damas, les initiatives d’aide et de soutien à la petite enfance et à la jeunesse sont nombreuses, comme à Saiyar, à l’école des Sœurs de Besançon, à Bee Center et à la Syria Trust. Ils sont des milliers à vivre la guerre et souvent à n’avoir connu que cela. Dans ces quatre lieux, les volontaires soutiennent les éducateurs et professeurs pendant les récréations et les cours.

« A Saiyar, nous accompagnons les enfants en grande difficulté dans leur quotidien pénible. Nous ne sommes pas là pour révolutionner leur vie mais pour égayer momentanément leur journée. Nous faisons particulièrement attention à ces enfants. La rue leur a enlevé leur innocence et appris la violence.  Leur comportement peut être imprévisible. »

Ce matin, Étienne s’improvise professeur de français à l’école des Sœurs de Besançon. Le veleda bleu glisse sur le tableau blanc. Les lettres rondes, tracées de gauche à droite, forment des mots puis des phrases. Les élèves se montrent attentifs et curieux. Alors que ses jeunes élèves recopient assidument la conjugaison du verbe « se lever », Étienne, interpellé par des cris de joie provenant de la cour, se tourne vers la fenêtre. Joseph, un enfant de la rue est assis sur le muret du fond de la cour, les yeux rivés vers son camarade en train de dribbler un volontaire. Ses bras se lèvent soudain ; le ballon est planté dans les filets de la cage des volontaires. Mais déjà, le bruit de la classe sort Étienne de ses pensées. Le cours continue. Au même moment, à la Syria Trust, Marie se lance dans une leçon culturelle sur les monuments français ou spécialités culinaires.

A quelques kilomètres, au Bee Center, une cinquantaine d’enfants s’agglutinent autour des volontaires spécialement venus pour eux. Un blouson noir collé sur le dos, légèrement ouvert sur un polo blanc, Yohan chante et frappe dans les mains, tout sourire. Comme toutes les semaines, il est là, avec ses camarades pour apprendre les valeurs de respect mutuel, de générosité, de partage et de don de soi.

Pendant ce temps, d’autres volontaires rendent visite à des personnes âgées à la maison de retraite de Mar Boulos. Elles parlent de leur jeunesse et eux leur offrent des cadeaux. Ils affectionnent plus particulièrement Soha car elle parle français ! Alors de temps en temps, ils lui apportent des romans policiers : son visage s’éclaire d’un grand sourire et ses yeux brillent de gratitude.

« Reconstruire l’état d’esprit de toute une jeunesse détruite par la guerre et accompagner les personnes âgées, voilà notre quotidien à Damas !! »

Baudouin, volontaire à Damas.

Les enfants de Damas t’attendent : rejoins-les ! Envoie ta candidature à notre responsable du pôle des volontaires : volontaires @soschretiensdorient.fr

soutenez les chrétiens d’orient en achetant leurs productions locales