Actualités

SOS Chrétiens d’Orient vous souhaite une bonne et sainte année 2019.

FR - 02/01/2019

Chers amis,

SOS Chrétiens d’Orient vous souhaite une sainte et belle année 2019. Nous espérons qu’elle comblera vos espérances et soutiendra vos engagements. Nous portons un vœu particulier pour l’Église, afin qu’elle témoigne, toujours plus efficacement, de la Bonne Nouvelle, qu’elle préserve la foi et fortifie les âmes. Nous espérons que la société se mettra davantage à l’écoute de Dieu pour permettre aux Hommes d’en connaître les bienfaits. Nous continuerons à prendre notre humble part dans ce projet sans cesse renouvelé.

Nous enjoignons notre communauté de soutiens à maintenir fermement son engagement pour les chrétiens d’Orient. Ils ont besoin de notre action pour continuer à témoigner du Christ  dans un univers ou l’islamisme et l’aveuglement de la communauté internationale dégradent dangereusement leurs conditions de vie. La liberté de pratiquer sa foi, la défense de l’intégrité de leurs traditions et la continuité de leur rôle dans l’Etat et la société sont souvent en grand péril. Puissent nos prières contribuer à les assister dans le combat et nos actes participer à leur réconfort.

Pour lutter efficacement contre la disparition des Chrétientés orientales au Proche-Orient, nous proposons plusieurs recommandations. Il convient avant tout de souligner que les communautés chrétiennes furent à l’origine de la création de nombre des États dans lesquels elles vivent, et dans les autres cas en furent toujours parties prenantes.

Nous invitons le gouvernement français à créer un secrétariat d’État aux chrétiens d’Orient ou aux chrétiens persécutés auprès du ministre des Affaires étrangères. Ailleurs, comme en Hongrie, ce poste existe parfois. Il permettrait à la France d’être fidèle à sa vocation de soutien maternel à nos frères aînés dans la foi, tout en s’interdisant de s’immiscer dans les choix souverains des peuples et des nations orientales. Nous soulignons que ce gouvernement compte dans sa majorité des personnes qualifiées pour exercer cette fonction.

Un tel secrétariat d’État devrait :

  • Plaider, notamment lors des grandes conférences internationales, pour que les États du Proche-Orient accélèrent la transformation de leurs institutions et de leurs sociétés vers une égalité de droits pleine et entière entre tous leurs citoyens, quelles que soient leur religion.
  • Œuvrer à l’ouverture de notre ambassade à Damas et lutter contre le blocus international contre la Syrie, les fameuses sanctions, qui enrichit les puissants et blesse les humbles.
  • Œuvrer au retour des chrétiens d’Orient réfugiés au Proche-Orient en leur offrant les conditions matérielles d’un retour prudent en Syrie et en Irak. Les États doivent affirmer qu’ils se refusent à déplacer les chrétiens de la terre de leurs pères et sanctuariser leur présence millénaire dans toutes leurs politiques orientales. Le retour des réfugiés syriens sera, d’ailleurs, une aide profonde pour le Liban, épuisé économiquement par un fardeau qu’il ne peut financer.
  • Maintenir la souveraineté irakienne et respecter l’intégrité de son territoire. La paix doit être le maître mot des rapports de l’État central avec le gouvernement régional du Kurdistan irakien. Les États doivent s’interdire d’utiliser les aspirations locales pour faire pression sur Bagdad. Les chrétiens payent toujours le prix fort de ces situations. Tous les pouvoirs existants en Irak doivent rendre toutes leurs terres, quartiers et prérogatives aux chrétiens dans les zones d’où ils furent chassés.
  • Aspirer au Bien Commun au Liban. Que son gouvernement soit l’auxiliaire de la société et que les ministères y défendent le bien du peuple plutôt que des intérêts partisans. Nous insistons pour que la communauté internationale condamne fermement ceux qui violent le territoire libanais sur terre, en mer ou dans les airs.
  • Porter les Coptes et tous les chrétiens d’Égypte dans le cœur des Français. Que les États défendent la sécurité de cette communauté, aux côtés du gouvernement égyptien, plutôt que des revendications idéologiques qui n’aboutiront pas dans un pays encore en proie aux menaces des sectes jihadistes.
  • Travailler avec le gouvernement pakistanais, avec toute la communauté internationale, à imposer la fin des persécutions contre ceux qui subissent les excès d’un fanatisme de certains pans de la société au nom d’une loi sur le blasphème dévoyée.

La France serait alors en tête du combat pour la liberté de pratiquer sa foi, un honneur qui lui permettrait de renouer avec les cœurs après tant d’erreurs diplomatiques. SOS Chrétiens d’Orient continuera à répondre à sa vocation tout au long de cette année en multipliant les actions de terrain auprès des Chrétientés orientales. Comptez sur nous pour nous tenir avec conviction auprès des Églises orientales, dont le courage et la beauté enrichissent nos volontaires et augmentent l’espérance du monde entier.

Charles de Meyer, président

Benjamin Blanchard, directeur général

soutenez les chrétiens d’orient en achetant leurs productions locales