Actualités

Irak - Nous sommes tous unis car nous sommes tous chrétiens.

FR - 10/01/2019

Tout commence le 31 octobre. Il fait encore bien chaud en Irak où je suis accueillie par un bon repas sur le toit terrasse. Les premières journées sont consacrées aux topos : sécurité, géopolitique, secourisme, … Alors que je reste au bureau, je vois les autres volontaires partir en activité. Je suis tellement impatiente de les suivre. Pourtant ça y est, je suis en Irak et ma mission a débuté !

Pour ma première sortie officielle, j’assiste à la cérémonie de prières organisée à la mémoire des soixante victimes de l’attentat du 31 octobre 2010, dans la cathédrale Notre-Dame du perpétuel Secours à Bagdad.

Toutes nos journées commencent et s’achèvent par un temps de prières commun. Dans la capitale du Kurdistan, j’évalue principalement les besoins des familles, puis procèdent aux donations de colis alimentaire et de produits d’hygiènes. Ici, tout et tout le monde a une importance. Les volontaires et les traducteurs font partie intégrante de la mission car ils sont aussi un témoignage de foi.

Je trouve ces rencontres indispensables. Je comprends mieux ce qu’ont vécu ces familles chrétiennes irakiennes et ce que signifie : être chrétien en Irak. Je garderai longtemps en mémoire tous les thés bus en si bonne compagnie, toutes les invitations à rester manger, les regards pleins d’espoir et de joie à notre arrivée, pleins d’amour à notre départ. Les familles ont toutes des histoires plus ou moins similaires à raconter et pourtant chaque fois, je suis touchée comme si j’entendais leurs souvenirs pour la première fois.

Après trois semaines à Erbil, et trois jours de peinture à Teleskuf, j’empreinte les routes sinueuses qui mènent au village de Badaresh, loin dans les montagnes. La vie en antenne est très différente, je me sens chez moi, en famille. Les activités sont variées : achat des cadeaux de Noël pour les enfants, activités manuelles avec les enfants, visites aux prêtres, messes, chantier au cimetière de la ville voisine et à la chapelle de Benatha, répétitions de chant avec les jeunes filles du village. J’y vis tous les jours de nouvelles aventures, et je me couche chaque soir heureuse de mes actions.

La préparation de Noël me met vraiment en joie et le moment de Noël est mon plus beau souvenir. Alors que nous sommes sur la route pour rentrer à la maison, il se met à neiger ! Nous sommes comme des enfants ! Quelle sensation agréable de marcher dans la neige pour rejoindre la petite église. Tout le monde est bien habillé, le sourire aux lèvres. Dans cette petite église, au fond des montagnes irakiennes, résonne le chant « Les Anges Dans Nos Campagnes » avec un couplet en soureth et un en français. Autour d’un feu de branche de sapin, les filles de la chorale chantent de tout leur cœur, accompagnées par l’évêque. Tant de joie sur les visages ! Quel bonheur. 

Pour tous ces beaux moments et pour toutes ces belles rencontres, je te dis merci, toi qui œuvre pour cette association, et FONCE à toi qui hésites à partir.

Les volontaires SOS Chrétiens d’Orient ne sont pas uniquement là pour apporter de la nourriture et du savon ; ils ne sont pas là pour faire du tourisme ou de la politique. Ils sont là pour montrer aux chrétiens d’Orient qu’ils ne sont pas seuls. Des chrétiens en Occident donnent pour eux, des chrétiens en Occident prient pour eux. Les volontaires, eux, sont une source d’espoir et un message fort. Quels que soient les rits, les traditions et les frontières, nous sommes tous unis car nous sommes tous chrétiens.

Alors je ramène en France cette tape dans le dos de Matté au moment où il nous dit que nous faisons partie de sa famille, le souvenir des traducteurs tellement dévoués pour cette association, ce vieux monsieur en larmes qui nous dit qu’il a tout perdu, cette jeune fille tant appliquée lors de la réalisation de sa crèche, cette enfant qui ne dit plus un mot depuis la fuite de Mossoul.

Je ramène en France le souvenir de tous ces volontaires qui ont voulu donner de leur temps pour les chrétiens d’Orient et de ces chefs de missions qui y consacrent leur vie.

Je ramène en France toutes ces histoires, tous ces visages, tous ces sourires, tous ces mercis. Je les ferai fructifier.

Gaëlle, volontaire en Irak.