Actualités

Alep, l'immortelle (1/2)

FR - 15/01/2019

Parcourir les rues d'Alep, ce n'est pas seulement se promener dans la deuxième ville de Syrie, ex-capitale économique du pays, et chef-lieu de son gouvernorat le plus peuplé. C'est aussi remonter jusqu'aux racines de la civilisation, dans l'une des plus vieilles villes continuellement habitées au monde, qui fut pendant des siècles la troisième ville de l'Empire ottoman, et la première de Syrie. Et c'est finalement se confronter à une partie de sa propre histoire, au cœur de ce Croissant Fertile dont notre monde est issu.

C'est ce qu'il nous a été donné de constater, tout au long des trois jours que nous avons passé avec l'équipe des volontaires d'Alep, à l'occasion du Nouvel An. Ayant la chance d'avoir pour guide Antoine, un volontaire syrien originaire d'Alep et passionné par l'histoire de sa ville, nous avons découvert quelques perles de cette cité plurimillénaire, malheureusement ravagée par la guerre.

D'emblée, Alep nous a paru très différente des autres villes syriennes que nous avions pu visiter. Le centre-ville est très joli, avec ses ruelles étroites, ses grandes demeures, et ses rues commerçantes animées, pleines d'étalages colorés et de vitrines lumineuses. Nous avons été surpris par la simplicité des plus belles demeures. Il n’est pas rare qu’au détour d’une ruelle, derrière une simple porte, enfoncée dans un mur quelconque, se cache un véritable palais ! C’est par exemple le cas de la maison Ajqabash, dont l’entrée principale nous a davantage fait penser à l’accès d’une obscure cour de service qu’à celui d’une des plus belles maisons d’Alep ! Nous sommes également restés admiratifs devant l'extrême propreté des rues, où pas un déchet ne traîne, ce qui est loin d’être une évidence dans le reste du pays !

L'industrie du savon est très ancienne à Alep, le fameux savon d'Alep étant le plus vieux savon dur au monde, sa recette ayant ensuite été apportée en Europe à la faveur des Croisades. Nous avons visité la savonnerie de M. Safouan Zanabili, qui appartient à la même famille depuis deux cent ans, et où les volontaires de SOS Chrétiens d'Orient ont déjà travaillé. A cette époque de l'année, on n'y fabrique pas de savon, mais nous avons pu voir les cuves dans lesquelles il est fabriqué, et les belles salles voûtées où il est coulé à même le sol, pour y refroidir et être ensuite découpé, puis stocké.

Le soir, nous nous sommes rendus dans un vieux hammam. Aspersions d'eau chaude, récurage au crin de chameau et au savon d'Alep (bien sûr !), massage (énergique !), étuve, puis bain froid et nouvelle aspersion d'eau chaude, avant de partager un copieux dîner, et de finir la soirée par des chants et danses orientales. Une soirée extraordinaire, qui fut pour nous l'occasion d'entretenir l'amitié franco-syrienne et de passer un excellent moment !

Nous avons également vu l'extérieur de la fameuse citadelle d'Alep, profité des nombreuses rues commerçantes pour faire des achats, arpenté une partie des treize kilomètres de souks que compte la ville, en grande partie détruits aujourd'hui, et visité de nombreuses églises, certaines épargnées par la violence des combats, d'autre en ruines ou en reconstruction.

Lire la suite dans quelques jours ...