Actualités

Aidez-nous à lutter contre l’insécurité alimentaire en Égypte.

FR - 05/02/2019

« Nous vivons au milieu d'une mer de pauvreté. » disait Mère Térésa. « Néanmoins on peut réduire cette mer. Notre travail n'est qu'une goutte dans un océan, mais cette goutte est nécessaire. »

A la suite de Mère Térésa, les volontaires de la mission Egypte ont décidé d’agir ensemble ! Le mois dernier, pour Noël, ils ont effectué des donations alimentaires dans différents villages chrétiens pauvres et bidonvilles du pays : à El Gouira et Bangar à côté d’Alexandrie, à Mallawi dans le sud du pays, dans le bidonville du 15th May au sud du Caire....

Ces donations ont été l’occasion de rencontres avec les familles chrétiennes qui habitent ces villages, faits de maisons de briques et de tôles, de rues de terre dans lesquelles jouent des dizaines de petits enfants...

« Nous avons tous été très frappés par l’accueil chaleureux qui nous était réservé, alors que ces familles n’ont presque rien : thé bien sûr, mais surtout larges sourires, tentatives de discussion et remerciements nombreux ! Je me souviens surtout d’une famille, ce devait être la trentième que nous visitions et nous commencions à être un peu fatigués, surtout qu’il pleuvait et qu’il faisait très froid. Notre surprise fut grande lorsqu’en poussant timidement la porte de la petite maison, portant nos sacs remplis de nourriture à bout de bras, nous découvrîmes non pas une mais deux familles, en train de préparer des biscuits dans la pièce principale qui n’était protégée de l’averse que par un fragile toit de taule, qui laissait passer quelques gouttes. Le four était posé à même le sol en terre, et les femmes, assises en tailleur sur des tapis nous proposèrent généreusement de partager le goûter avec eux. Profitant que l’averse s’était un peu calmée, nous décidâmes de partir pour continuer nos donations. Mais à peine étions nous sortis que des trombes d’eau se déversèrent sur nous ! La famille nous invita à rester chez elle un peu plus longtemps, dans de grands éclats de rire ! »

« Moins nous possédons, et plus nous pouvons donner, » disait aussi Mère Térésa. Claire-Marie a été particulièrement touchée par trois enfants qui jouaient sur un tas de déchets. « Quand ils nous ont vus, ils se sont rués sur nous avec un regard plein de reconnaissance. »

Marqués par ces donations et surtout par leur nécessité, nous souhaitons, en plus de donations régulières dans nos différents sites d’action (garderie, couvent de Matarya…), renouveler nos actions pour Pâques. Et pour cela, nous avons besoin de vous.

Un colis alimentaire pour une famille de 6 personnes (viande, riz, pâtes, lait, œufs, biscuits…) coûte 5 euros. Faites un don.