Actualités

« Nous partons avec des rêves plein la tête, on revient avec une réalité. »

FR - 04/04/2019

« Vivre pour servir » tels sont les mots qui résument mes sept mois passés ici. Je suis arrivé serviteur, je repars témoin. Témoin d’un pays qui souffre, témoin d’un peuple persécuté.

Le temps passe très vite et très lentement en même temps. il n’y pas de routine, tous les jours sont différents, uniques et formidables. Ces sept mois passés en Irak sont comme une semaine ou dix ans. Je me souviens encore de mon arrivée à Erbil en Septembre et de tous les souvenirs qui ont façonné cette formidable expérience, des noms de toutes les familles de déplacés croisées à Ankawa au début de ma mission ou à Teleskuf vers la fin. La langue du Christ que ces chrétiens parlent encore. Le visage des enfants, des grands parents sur le seuil de leur maison…

Fin Août, en France je viens de finir mes études dans la rénovation du patrimoine. Je m’attendais à voir des maisons détruites, des familles détruites, un pays à reconstruire à partir de rien, mais je ne m’attendais sûrement pas à ce que j’ai vu. Le sourire sur les lèvres de tous ceux qui nous ont accueillis, une fraternité à toute épreuve.

Imaginez leur émotion quand ils voient débarquer dans leur village des jeunes qui viennent de très loin - la France ce n’est pas la porte à côté - pour eux, pour les servir. Sans salaire, sans autre objectif que leur bonheur et leur bien-être. Leur émotion est inimaginable, indescriptible. Nous arrivions pour les aider et ils nous offraient tous ce qu’ils possédaient.

Les gens vivent dans un environnement difficile, alors l’hospitalité est la règle d’or. Les déjeuners sont des festins de rois, des mets succulents et en abondance. Pas un repas chez les familles ne se terminait sans le ventre plein et la table encore à moitié pleine. Nous, simple volontaire, chef d’antenne ou de mission, étions accueillis comme une famille par un peuple que nous venions aider. Nous venions donner et nous avons reçu en abondance.

Je me souviens d’un témoignage d’une famille qui en nous accueillant, nous disait « vous êtes nos frères par-delà les frontières, notre famille c’est le Christ ». Ces mots étaient dit avec une telle émotion dans sa voix et dans son regard qu’ils nous transperçaient le cœur. Comment ne pas voir dans ce peuple qui souffre, le Christ sur la croix ?

Néanmoins, il ne faut pas idéaliser ces chrétiens des premiers temps, ils sont comme nous en occident, avec leurs défauts et leurs nombreuses qualités.  Il ne faut pas voir en eux un peuple qui souffre depuis la nuit des temps dans le silence des médias et l’indifférence générale, mais notre peuple, notre Église qui se bat pour rester sur sa terre. Partout où je suis passé, les chrétiens sont fiers de ce qu’ils sont. Ils sont le peuple de Dieu !

Si j’avais à donner un conseil à un jeune, ou moins jeune, qui hésite à s’engager ce serait celui-ci :

Le constat est le même partout, si nous ne faisons rien chez nous, la situation actuelle en Irak sera la même en France dans un futur proche. Personne ne part en mission en sachant réellement pourquoi. On part avec de rêves plein la tête on revient avec une réalité et des envies d’engagement encore plus grands. Alors fonce, ici en Irak ou en France, il y a une mission qui t’attend ! Malgré toutes les appréhensions que tu pourrais avoir, la sécurité, la vie en collectivité, le travail, l’ennui, sache que la mission se vit à fond, en famille, vers un objectif commun : les chrétiens d’Orient.

Rejoins les volontaires en Irak, envoie ta candidature dès aujourd'hui !