Actualités

L’espérance célébrée chaque année à Homs !

FR - 09/04/2019

Une chaleur de printemps envahie la cour du couvent des Jésuites à Homs en ce 6 avril 2019 et les fidèles nombreux sont venus honorer la mémoire du Père Francis.

La ferveur de l’assemblée est grande à l’aube de la cinquième année anniversaire de son martyr. Évêques et prêtres étaient venus de toute la Syrie pour célébrer cette messe remplie d’espérance. Cette vertu si spéciale et si facilement perdue a bien été un des messages forts de celui que tous appelaient Abouna Frans. Ce frère jésuite descendu de son plat pays hollandais pour s’attacher définitivement à ces populations orientales pour qui il donnera la vie.

Lorsque la guerre éclate, il n’hésite pas une seconde. Il restera ! Juché sur son vélo, il visite à tour de rôle les 48 chrétiens résistants et restés dans leur quartier de AlHAmidyeh, encerclé par les terroristes. Le danger peut survenir à chaque coin de rue ! Sa détermination est grande : « Le peuple syrien m’a tant donné, tant de gentillesse, tant d’inspiration, et tout ce que je possède. Maintenant qu’il souffre, je dois partager sa peine et ses difficultés. » Et l’aide, il l’apporte à tous, chrétiens et musulmans. A ses yeux, face à la mort, seul l’être humain importe.

La vie à Homs, pendant l’occupation, était empreinte de tristesse, d’espérance et de joie simple. Pour des milliers de Syriens, le Père Frans était un héros et est devenu un martyr. Un mois avant la libération de la ville, le prêtre hollandais est assassiné dans le jardin de son couvent à Bustan Al Diwan. Une vie s’arrête, quarante-huit autres sont sauvées.

Cet exemple de vie donnée fait s’exclamer le supérieur général des jésuites, Arturo Sosa sj, qu’il serait heureux si la cause en béatification du père Frans était considérée….

La jeunesse qu’il a tant marqué continue de perpétuer son message. Malgré la douleur de ces cœurs meurtris dont l’avenir est bien noir, ces jeunes continuent de vivre du message du Père Francis.

L’une d’elle accrochant une icône à son effigie au-dessus de son lit fait monter cette prière : « Prie pour nous Abouna ! »

soutenez les chrétiens d’orient en achetant leurs productions locales