Actualités

Entre espérances et incertitudes, la naissance de projets dans le Sud Liban.

FR - 10/05/2019

Mercredi 8 mai. Il est déjà tôt ce matin, quand nous quittons Beyrouth pour le sud du Liban. La météo nous est favorable, contrairement aux innombrables embouteillages quadrillant la capitale. A Tyr, nous sommes chaleureusement accueillis par Monseigneur Abrass, archevêque de la ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Confortablement installé dans un foyer de l’évêché, repeint par ailleurs quelques semaines auparavant par les volontaires, il nous explique les difficultés auxquelles les locaux sont confrontés.

sos chretiens orient liban presse oliveAccompagnés de Monseigneur Abrass et de quelques paroissiens, nous reprenons la route, direction Cana. Nous nous arrêtons devant une belle église ancienne, face à laquelle se trouve un bâtiment vétuste abritant un pressoir à huile artisanal. Le contraste est saisissant. Le propriétaire nous confie être dépassé par le nombre important de réparations à effectuer pour que son outil de travail puisse, à nouveau, lui permettre de continuer son activité, ainsi que celle de tous les cultivateurs alentours.

Durant l’inspection et l’estimation des travaux à entreprendre, notre hôte ne peut s’empêcher de nous ouvrir une de ses fameuses bouteilles d’huile d’olive, produite par ses soins, non sans une certaine fierté de nous la faire partager. Il nous apparaît regrettable que faute de moyen un tel produit, alliant à la fois artisanat et authenticité, puisse disparaître.

sos chretiens orient liban projetA quelques kilomètres, à Aalma, le Père Basilios nous attend. Il tient à nous montrer des étendues de terre, aux abords de la route ou sur les hauteurs du village, recouvertes par une vaste végétation et par une multitude de pierres. Celles-ci sont censées devenir, à court terme, de véritables terres cultivables, afin d’alimenter le village en fruits et légumes. Le travail s’annonce considérable. Par ailleurs, on nous indique qu’un tracteur serait aussi important, voire primordial, à la culture de ces parcelles. Mais un tracteur ne peut être réellement efficace sans un déblaiement, qui se promet d’être colossal. D’autant plus que les différents terrains, de toutes tailles, sont saturés de roches, empêchant ainsi toute culture.

Les projets agricoles soutenus par l’association au Liban visent à relancer l’activité économique des artisans et à protéger des savoir-faire traditionnels centenaires.

Soutenez nos projets, faites un don.