Actualités

De la Terre Sainte au Liban, l’aventure du monastère Saint-Jean du Désert

FR - 15/05/2019

Ain Trez, en cette journée ensoleillée du 11 mai, le frère Silouane et le père Pierre, tous deux originaires de Bretagne, se préparent à notre venue en leur domaine, le monastère Saint-Jean du Désert. Ils nous attendent, en effet, pour quelques travaux d’entretien et d'agriculture. Ce monastère, issu de la culture byzantine traditionnelle, représente un véritable foyer pour nos deux compères « solitaires vivant en groupe », de confession grecque-melkite catholique. Dès notre arrivée, l’atmosphère singulière, à la fois reposante et vivifiante de notre destination, nouvel espace canonique du monastère Saint-Jean du Désert, transféré de Terre Sainte au Liban, se fait ressentir.

sos chretiens orient liban ain trez icone 2Après un accueil chaleureux, nous voici attablés pour le déjeuner. Nos hôtes entament alors le récit de leurs aventures. Le monastère était auparavant situé à l’Ouest de Jérusalem, à Ain Karem. Suite à des démêlés administratifs, ils en furent expulsés au début des années 2000. Après un court retour en France, ils prirent la décision de revenir au Proche-Orient, et c’est ainsi que le village d’Ain Trez leur accorda refuge, faisant également renaître l’âme du monastère Saint-Jean du Désert. Situé au milieu des cultures et des vignes bordant les falaises, ce nouveau lieu de prière ne pouvait mieux tomber, tant le cadre y est idéal.

sos chretiens orient liban monastereUne fois le déjeuner terminé, nos compatriotes bretons nous expliquent le déroulement de l’après-midi. Au programme, récolte des œufs du poulailler, plantation de divers fruits et légumes, et peinture de portes et de grilles. Une fois les tâches réparties et les groupes de travail formés, les volontaires partent vaquer à leurs occupations, dans ce cadre naturel enchanteur. Les filles s’adonnent à la plantation de maïs et de melons, tandis que les garçons s’équipent de pinceaux et de rouleaux de peinture. Mais avant, l’heure est à la récolte des œufs. Un grand espace vert fait office de terrain de jeu pour les dizaines de volailles. C’est par ailleurs, non sans une certaine fierté, que nos amis moines nous offrent une dizaine de ces œufs, afin que nous puissions les cuisiner le soir même. Sous un soleil tapant, nos nouvelles jardinières à la main plus ou moins verte, découvrent à la fois la joie des travaux agricoles mais aussi la rigueur imposée.

Les apprentis peintres reviennent une bonne heure après, leurs vêtements blancs floqués du nom de l’association, tâchés de bleu, couleur choisie par nos hôtes pour le revêtement des clôtures. Quelques heures ont passées, le travail désormais terminé, le frère Silouane tient à nous montrer un véritable trésor du village, situé à quelques centaines de mètres: le chêne millénaire d’Ain Trez.

sos chretiens orient libanNous nous mettons alors en marche, tout en nous permettant un détour afin de visiter la résidence patriarcale que nous croisons en chemin, y étant invités par notre guide. Cet immense foyer, dominant une vallée à perte de vue, nous ouvre ses portes en nous plongeant dans une multitude de magnifiques pièces, chacune étant davantage impressionnante que la précédente. Une fois la visite terminée, le chêne ne se trouve plus qu’à une centaine de mètres. En nous en approchant, nous sommes subjugués par cette œuvre de la nature. Le chêne se tient droit, nous faisant face, couvert par de multiples branches florissantes et enrichies par le temps, et un large tronc forgé à travers les siècles. L’homme ne peut que se sentir éphémère à ses côtés. Nous y restons quelques temps, longuement silencieux, comme si la méditation nous était imposée par ce témoin de l’histoire. Le frère Silouane nous propose alors un dernier moment de prière, les cloches du monastère sonneront bientôt les vêpres.

Après un dernier instant de recueillement, nous nous séparons de nos chaleureux hôtes tout en leur promettant de revenir dès que cela nous sera possible, et il est à croire que les volontaires, marqués par cette aventure d’une journée feront en sorte de vivre, à nouveau, l’expérience du monastère Saint-Jean du Désert.

Viens vivre une expérience inoubliable au Liban, rejoins les volontaires.