Actualités

Une Semaine Sainte en Égypte (ou plutôt deux !)

FR - 16/05/2019

En Égypte, seize volontaires français en mission ont fêté pour la première fois Pâques au pays évangélisé par Saint Marc. Bien que loin de leurs proches, ils ont eu la chance de se préparer intensément à la célébration de la Résurrection de Notre Seigneur.

Ce n’est pas une Semaine Sainte mais bien deux qu’ils ont vécu en mission, car en Égypte, les Églises orthodoxes et catholiques, suivant le calendrier julien, fêtent Pâques le même jour sauf une église arménienne catholique de Mgr Coussa !

Ces deux Semaines ont été l’aboutissement d’une préparation spirituelle et physique. Dans les cœurs, par la prière et l’assistance aux offices. Physique car certains ont décidé de vivre le Carême comme les Coptes. Ils n’ont consommé aucune nourriture d’origine animale (viande, poissons, œufs, lait...) pendant cinquante jours !

« Ce fut un sacré défi qui nous a amené, à plusieurs reprises, à devoir déchiffrer les étiquettes en arabe. Cette privation fut parfois difficile, mais nous étions heureux de vivre ce grand jeûne en communion avec ceux que nous aidons. La joie de Pâques n’en fut que plus grande ! » Haloïse, volontaire depuis le mois d’octobre.

La première Semaine Sainte est vite arrivée, surtout avec la préparation des différentes donations de Pâques, prévues au programme. Contrairement aux volontaires en mission à Ezbet el-Nakhl et à Alexandrie, ceux du Caire ont eu la chance d’assister aux offices du Jeudi et Vendredi Saint, célébrés par Monseigneur Krikor Coussa, évêque des arméniens catholiques. Ils ont notamment été touchés par la descente de la Croix et la procession, au son des tambours scouts, lors de l’Office du Vendredi Saint. Le lendemain, alors que la plupart ont assisté à la Veillée Pascale, d’autres ont effectué des donations de vêtements à 2.000 enfants et de colis alimentaires à trois-cent-cinquante familles.

Fait un peu particulier : le jour de la Résurrection du Seigneur, les volontaires ont fêté avec les fidèles grecs-melkites catholiques, son entrée glorieuse à Jérusalem : le jour des Rameaux. L’affluence était telle que l’église ne pouvait accueillir tout le monde. Même les nombreuses chaises installées à l’extérieur devant un écran géant n’ont pas suffi pour permettre à tout le monde de s’asseoir. C’est ainsi que commençait la seconde Semaine Sainte des volontaires.

Malgré la barrière de la langue, les prières étant récitées en arabe ou en copte, les volontaires ont eu la chance de vivre avec émerveillement le Triduum Pascal. « Le quartier d’Ezbet El Nakhl entier vivait au rythme des traditions coptes. Pâques se prépare dans l’esprit et le cœur de chacun. Dès le jour des Rameaux, petits et grands investissent les rues pour tresser des palmes, couronnes, croix, bracelets. Comme eux, nous avons pris part aux festivités et au temps de prières. Comment ne pas vivre la Résurrection du Seigneur avec intensité dans de telles conditions ? » témoigne Sixtine. Un avis partagé par Jean-Charbel qui eut le privilège de vivre une partie de l’office copte orthodoxe du Vendredi Saint derrière l’iconostase et d’assister à la mise au tombeau de Notre Seigneur. 

sos chretiens orient egypte vendrediA quelques centaines de kilomètres de là, à Alexandrie, une même piété anime les communautés grecque-orthodoxe et copte-orthodoxe.  « Je m'attendais à beaucoup de ferveur venant des coptes mais la réalité a surpassé mes espérances », raconte Claire-Marie. « La Semaine Sainte est vécue en grande pénitence. » Comme dans tous les rites orientaux, les offices saints durent plusieurs heures ; un rythme quelque fois difficile à tenir pour des volontaires peu habitués, qui notent toutefois avoir été particulièrement impressionnés par la beauté de leurs traditions. « La descente du Christ de la croix, la mise en tombeau sous une pluie de pétales de roses, la procession du corps du Christ ; tout est vécu en communion avec la Passion du Christ. Loin de la France, loin de mes amis, loin de ma famille, j'ai certainement vécu une des plus belles fêtes de Pâques de ma vie. »

Au Caire, les volontaires ont eu la chance de participer aux offices Saints entourés de leurs amis égyptiens. Ainsi, le Docteur Adel, fidèle ami de l’association et qui a œuvré pendant de nombreuses années avec Sœur Emmanuelle, s’est joint à eux pour la dernière Cène du Christ en la cathédrale Sainte-Marie du quartier de Zaytoun. Le lendemain, sur invitation des traducteurs Vironica, Karim, Georges, Jean et Shady, tous chefs scouts dévoués et engagés, ils ont assisté à la procession des funérailles du Christ, dans la cour de l’église. « C’était très émouvant de participer à cette cérémonie. Etant moi-même guide, cela m’a rappelé que nous vivons la fraternité scoute peu importe où nous sommes dans le monde », confie Claire, volontaire depuis le mois de septembre.

sos chretiens orient egypte paquesPuis le jour de Pâques tant attendu est arrivé ! « Nous nous sommes rendus dans le bidonville du 15 May, au sud du Caire, pour effectuer une donation de 650 colis alimentaire de deux kilos de pâtes et de viande. » Malgré la chaleur et la fatigue, les sourires ne quittaient pas les visages : « en plus d’être heureux de nous retrouver, nous pensions à ces familles qui pourraient le lendemain se préparer un bon déjeuner pour célébrer la Résurrection de Notre-Seigneur. » Le déchargement des sacs se fait dans la douleur et la joie. « Les muscles de nos bras commençaient à tirer mais cela n’a entamé en rien notre enthousiasme ; surtout que le trajet entre le pick-up et l’église, où nous déposions les sacs, se faisait au milieu d’enfants souriants qui n’arrêtaient pas de nous crier « Hello ! What’s your name ? ».

La Veillée Pascale, célébrée par le Père Athanasius, arrive à point nommé pour se reposer physiquement et s’émerveiller spirituellement. « Nous avons tous été saisis par la foi de ces chiffonniers et la beauté de leur église, un véritable havre de paix au milieu du bidonville. » Le repos ne fut que de courte durée, puisque la messe à peine finie, en plein milieu de la nuit, les volontaires ont dû puiser dans leurs dernières forces pour distribuer les colis alimentaires aux 650 familles. « Voir leur enthousiasme en venant chercher leur sac de nourriture donnait chaud au cœur et nous a fait vivre encore plus intensément la joie de Pâques ! » explique Marion, volontaire depuis le mois de décembre.

« A peine quelques heures de sommeil plus tard, nous repartons pour la messe de Pâques que nous passons avec les Chaldéens, à l’église Notre-Dame-de-Fatima. Nous sommes surpris par le peu de personnes présentes, mais le prêtre nous explique que la veille au soir, l’église était pleine et que l’office ayant fini tard, peu de personnes sont revenues. »

En fin d’après-midi, les volontaires ont retrouvé les amis de l’association pour fêter la Résurrection du Christ : le Dr Adel bien sûr, mais aussi Mgr Krikor Coussa, Alice et sa famille (une famille arménienne qui nous donne des cours d’arabe), et M. Ayman, celui grâce à qui aujourd’hui, l’association peut intervenir dans le bidonville du 15 May. Les volontaires sortent de ce week-end fatigués, mais heureux de ces instants de joie partagée.

« La joie est le souffle, la manière de s’exprimer du chrétien. » a récemment dit le Pape François. Cette phrase résume parfaitement l’état d’esprit qui nous a animé durant ces Semaines Saintes en Égypte, et tout particulièrement au moment de la fête de Pâques. « La Résurrection de Jésus est l’événement le plus bouleversant de toute l’histoire humaine, qui atteste de la victoire de l’amour de Dieu sur le péché et la mort. Ainsi, Pâques donne un fondement solide comme la pierre à l’espérance chrétienne. Ce qui était humainement impossible s’est réalisé ! » (Pape François)