Actualités

OLEA Coop, la renaissance à travers le bio.

FR - 24/05/2019

« Au Liban, la culture de l’olivier existe depuis plus de 1000 ans.

Éparpillés dans les villages, des oliviers millénaires en sont témoins ».

OLEA Coop est une coopérative rassemblant une vingtaine d’oléiculteurs, notamment bio, produisant de l’huile d’olive, de la tapenade et de l’huile aromatisée. A travers « l’atelier de l’olive », la coopérative s’identifie comme un véritable circuit fermé. Les agriculteurs sont ainsi soucieux de léguer une terre saine à leurs enfants, comme une dette qu’ils ont envers eux.

Comment est née l’idée de cet atelier ? Entre la cueillette de septembre et la presse en octobre, les oléiculteurs font face à une absence d’activité. Suite à ce constat, il y a trois, Augustin, un oléiculteur, s’est interrogé sur le moyen le plus efficace de contrer les problèmes liés à la saisonnalité de cette activité.

liban sos chretiens orient 2La famille d’Augustin décida alors de participer à un concours, lancé par l’Union Européenne, avec à la clé, des machines d’exploitation agricoles permettant la fabrication d’huile d’olive, de tapenade et d’huile aromatisée. Avec une note de 97,4/100, la famille remporta haut la main le concours. Ainsi, malgré certaines mauvaises récoltes, leur présence sur les marchés de Beyrouth et de Gefinor leur permet aujourd’hui de se maintenir financièrement.

Pourtant, cela n’a pas toujours été aussi simple. Pendant les onze ans de guerre civile libanaise, l’exploitation a vécu un véritable drame. Une première fois chassés du village de Lebaa, Augustin, sa femme Denise et leur fille Edith, apprennent que leur local de production a été dévasté par la guerre. Une fois le conflit terminé, la famille, de retour à Lebaa, constate avec consternation que tout est à refaire. Ils n’ont plus les moyens de relancer l’activité, ils se tournent vers SOS Chrétiens d’Orient.

« Après une visite des ruines, l’association nous a tendu la main. Alors qu’il n’y avait rien, ni peinture, ni électricité, ni tuyauterie, nous avons pu rénover le local pour accueillir les machines. Sans cette aide cruciale, nous n’aurions pas pu recommencer. Nous avons pour objectif de toucher certains ministères comme celui de l’agriculture, la santé et l’environnement pour faciliter le développement du bio. Dans une optique d’intensification de l’exportation, nous avons déjà un marché en France et en Amérique mais nous visons l’obtention d’un label d’appellation bio. « Merci SOS Chrétiens d’Orient et à toutes les familles ! »

OLEA Coop tente également d’endiguer l’exode des jeunes vers la ville, considérée comme un véritable fléau. L’ancrage des chrétiens au sein de la coopérative est capital et représente une certaine idée de résistance pacifiste, comme le souligne Augustin : « on a trop pris les armes ». Pour la cinquième année consécutive, la coopérative participera au « Festival de l’olive », qui aura lieu en octobre prochain à Lebaa, dans la région de Jezzine.