Actualités

À la rencontre des enfants d’un bidonville d’Alexandrie.

FR - 17/06/2019

C’est un petit bâtiment poussiéreux niché entre deux immeubles. Si nous nous approchons un peu, nous pouvons distinguer une croix derrière la grille. Et pourtant les chrétiens sont rares dans le quartier de Montazah, un petit bidonville en périphérie d’Alexandrie. La population, extrêmement pauvre, est en grande majorité musulmane. Seules deux-cent familles se réunissent ici tous les dimanches pour prier dans l’église copte orthodoxe de Saint-Antoine et Saint-Paul.

« Mais venez, entrez je vous en prie ! »

Le curé de la paroisse, accueille chaleureusement les volontaires. Quelques jours plus tôt, ils lui avaient proposé d’organiser, un jour par semaine, des activités avec les enfants de la garderie. Ceux-ci ne sont pas en âge d’aller à l’école, et s’amusent donc avec quelques animateurs au deuxième étage du bâtiment.

En premier lieu, le Père présente l’église aux bénévoles. C’est une petite salle tamisée, où d’immenses peintures de la Sainte Vierge et du Christ recouvrent les murs et le plafond. Quelques bancs relient l’entrée à un important autel drapé de blanc. Sur la gauche, une porte mène à un baptistère en marbre.

« C’est petit, mais cela sera bientôt plus grand. » annonce-t-il.

En effet, les dons des fidèles ont permis à la paroisse de racheter le bâtiment adjacent. La pièce doublera alors de volume, et les étages agrandiront la garderie.

« C’est d’ailleurs vers celle-ci que nous nous dirigeons tous. C’est la première fois que nous allons rencontrer les enfants. Les présentations faites, un jeu est lancé. Mais qu’il est difficile d’expliquer les règles à des enfants égyptiens sans connaître leur langue ! »

Heureusement, ils ne sont pas venus seuls : un traducteur se charge de la communication lorsque la discussion devient trop complexe.

Les jeux et les rires s’enchainent. Les enfants, tout d’abord timides, se détendent peu à peu. Puis après un grand nombre de danses, de « 1,2,3 soleil » et de chaises musicales, il est temps de déjeuner. Les volontaires sont invités à la table du Père, et en Égypte refuser serait une insulte ! Ils s’installent donc de bon cœur au côté de leur hôte. Celui-ci raconte milles anecdotes sur sa vie de prêtre copte orthodoxe ou sur le peuple égyptien : « Le fromage que je vous sers a été fabriqué en Haute-Égypte, sa fabrication artisanale remonte à plus de 1000 ans ! »

Vient désormais le temps de se séparer, mais pas sans avoir pris le prochain rendez-vous.

« Dans une semaine, nous reviendrons avec encore beaucoup d’autres idées de jeux et de bricolages. Cette première journée à Montazah nous a permis de nous lier d’amitié avec cette communauté, de leur apporter du soutien, et d’en apprendre plus sur la culture copte. Prochainement, nous visiterons des familles pauvres du quartier et procèderont à des donations aux plus démunis. »

Soutenez les actions des volontaires à Alexandrie, faites un don.