Actualités

Urgence alimentaire : La guerre de l’or jaune en Djezireh.

FR - 18/06/2019

Dans ce pays du Levant, la guerre ravage les cœurs. Les bombes pleuvent, les vies s’éteignent. Elle crée des orphelins déracinés, des veuves éplorées, des grands parents endeuillés. L’hydre est toujours invaincue.

Aujourd’hui, des nouveaux fléaux économiques s’abattent sur les Syriens. En un mois, le prix du litre d’essence a augmenté de 50%. Le taux de change fluctue au détriment de la monnaie nationale; taux qui se répercute naturellement sur les coûts à l’importation.

Mais le bât blesse principalement dans le domaine agricole, garant de la paix sociale. « C’est tout le pays qu’on affame », précise Alexandre Goodarzy, chef de mission en Syrie. Pour tous les produits notamment céréaliers, l’inflation est galopante. En cause, les incendies criminels* des terres du Nord-Est de la Syrie. Des murs de flammes et des champs de blé qui partent en fumée ne laissent derrière eux qu’une terre noircie. 350.000 hectares** de terres agricoles à l’Est de l’Euphrate, autrefois principale zone de production céréalière***, seraient déjà partis en fumée, notamment en Djézireh, région des trois ors, jaune pour le blé, blanc pour le coton et noir pour le pétrole. Or, la pénurie d’engrais ajoutée à celles du carburant et de l’électricité, indispensables pour actionner les pompes à eau, avaient déjà réduit les rendements.

Les derniers troupeaux de bétail paissant sur ces terres devenues impropres à la consommation, sont empoisonnés. « Tuer la terre, c’est tuer le bétail. Mais pour aller plus vite, ils tuent directement le bétail en abattant les bêtes. Après des années de sécheresse et de guerre civile, la récolte de cette année devait être exceptionnelle grâce à des précipitations records. Le grenier à blé se retrouve désormais quasiment stérile. » La situation déjà catastrophique pourrait encore empirer. L’or des épis de blé jouxtent les puits d’or noir. Les flammes s’en approchent dangereusement.

« Les chrétiens de la Djézireh, restés en Syrie malgré toutes ces années de pression, ne tarderont pas à partir si la situation ne change pas. » L’or jaune est la clé pour assurer les besoins alimentaires de millions de Syriens. La Syrie se précipite-t-elle vers une grave pénurie alimentaire ?

Dans les jours prochains, Alexandre Goodarzy se rendra en Djézireh pour procéder à des donations de colis alimentaires. Une action d’urgence qui « en de pareils moments, prend tout son sens. »

Pour cela, SOS Chrétiens d’Orient a besoin de votre soutien financier. Soutenez cette action d’urgence, faites un don.

*Nous n'avons aucune certitude sur les auteurs de ces faits.

**Selon le chef de l'autorité kurde de l'agriculture, Salmane Baroudo.

***Elle fournissait 50% de la production de céréales et 80% de la production de coton.