Actualités

Khabab, un village syrien reconnaissant et souriant de la joie d’être visité.

FR - 20/06/2019

« Merci de ce que vous faites pour cette maison. Ils en ont vraiment besoin… »

Elle s’appelle Om Minas*. C’est en pleurs qu’elle a allumé le gaz sur sa nouvelle gazinière… Souriant assez gauchement et humblement, bouleversée par l’émotion qu’elle n’arrivait pas à maitriser, gênée de ne pouvoir dominer son émoi, elle nous a embrassé et serré dans ses bras comme ses propres enfants… Nous étions venus le week-end précédent pour lui donner des cartons de nourriture et d’hygiène et nous reviendrons la semaine suivante pour lui donner deux lits…

Lorsque nous nous sommes rendus la première fois auprès d’elle pour la rencontrer dans le petit village de Khabab, nous avions été frappés par la misère qui régnait en maître dans la maison, en dépit de l’ordre et de la propreté. Dans la cuisine, une vieille gazinière était posée à même le sol, pas de table ni de chaises, dans les chambres, pas de meubles non plus : les matelas étaient installés sur les carreaux. Malgré tout, car accueil oriental oblige, dans le salon, quelques canapés nous ont permis de nous assoir pour discuter et faire connaissance. Veuve depuis de trop nombreuses années, Om Minas* est restée avec Fady* et Karam*, âgés respectivement de 15 ans et de 18 ans. Les deux ainés, Georges* et Eli* ont été appelé par l’armée arabe syrienne. Sculpteurs passionnés sur bois et sur pierre, ils subvenaient aux besoins de la famille en vendant leurs œuvres artisanales. Aujourd’hui, ils ne peuvent plus le faire… Enfin, Maria*, la petite dernière, est pensionnaire à l’orphelinat de Mar Boulos à Damas.

sos chretiens orient khab syrieIl nous a fallu près de deux mois pour procéder aux évaluations des besoins et donations de colis à une quinzaine de foyers du petit village de Khabab. A chaque fois, nous étions impressionnés par la générosité des habitants qui se sont toujours empressés de nous servir du café ou du thé, des gâteaux ou des fruits. Nonobstant leur pauvreté financière, toutes ces familles ont mis un point d’honneur à maintenir les traditions ancestrales d’hospitalité levantine.

« C’est l’ensemble du village de Khabab que nous avons voulu aider. Pas seulement les foyers pauvres mais aussi l’économie locale. Ainsi, la majorité de ce que nous avons acheté à Khabab provient des plus petits magasins et commerces. » explique Alessandro, volontaire italien en charge du projet.

Pour les enfants de Shady* et Hayat*, nous avons achetés des fournitures scolaires. Pour Joseph* qui est muet et aveugle, c’était un réveille-matin. Pour Turkya*, c’était de la lessive. Pour tous, c’étaient des colis alimentaires contenant de la farine, des pâtes, du sucre, du café, du thé, des boîtes de conserves, de l’huile, des lentilles, du boulghour, du riz, des pois chiches, du concentré de tomate…

sos chretiens orient donation syrie khababEn plus des colis alimentaires, nous avons distribué quatre gazinières pour remplacer celles qui mettaient en danger la sécurité des familles.

Enfin, nous avons terminé notre mission en distribuant cinq lits. Ce sont cinq personnes de moins qui ne dormiront plus par terre… « Merci de ce que vous faites pour cette maison. Ils en ont vraiment besoin… », nous a lancé un voisin au sortir de la maison d’Om Minas*, à qui nous venions de déposer les lits métalliques.

 

Ces remerciements, ils s’adressent surtout à vous. Chers Donateurs… MERCI !!!

Un colis alimentaire pour une famille de Khabab coûte en moyenne cinquante euros. Sept colis alimentaires permettent de nourrir sept familles pendant deux mois.

Soutenez l'action des volontaires et les familles du village syrien. Faites un don.

*Pour des raisons de sécurité, les prénoms ont été modifiés.