Actualités

Les femmes en noir de Sadad #8

FR - 20/06/2019

En cette douce soirée d’été à Sadad, nous sommes accueillis à bras ouverts par la famille de Hanna, épouse d’un martyr syrien. Tout le monde rit et se parle. Nous sommes là, comme des vieux amis qui nous connaissons depuis longtemps.  Ces sourires sincères cachent pourtant la perte d’êtres aimés.

En 2013, alors que Sadad est aux mains d’Al Nosra, un missile tombe sur le chemin de Elya, le mari de Hanna, ainsi que sur celui de trois autres militaires défendant avec ferveur le village. Elya avait 52 ans. Son engagement pour la Syrie était sans mesure. Après avoir servi pendant plus de vingt ans dans l’armée, il reprend les armes au début du conflit syrien pour défendre ce petit village chrétien où il y laissera sa vie.

Peu de temps après le décès d’Elya, en 2014, inquiète de perdre à nouveau l’un de ses proches, Hanna vend tout ce qu’elle a de plus cher : bijoux, objets précieux, souvenirs pour permettre à ses fils d’immigrer en Allemagne. Loin de la guerre et du service militaire obligatoire, elle leur donne ainsi un avenir. Ce départ est un déchirement mais elle, est obligée de rester par manque de moyens financiers. La mort dans l’âme, elle voit partir ses enfants qui lui rappelaient tant son mari. Aujourd’hui, Fahed et Majid ont une trentaine d’années. Grâce à leur statut de réfugiés, ils ont repris leurs études et ont pu obtenir un travail dans le milieu médical et le commerce. 

L’espoir d’Hanna de les revoir sous peu semble vain. Un retour en Syrie impliquerait pour ses deux fils le paiement obligatoire d’une amende de 8.000 dollars pour s’être dérober du service militaire.

femme en noirde sadadCette femme, dont le sourire et la bienveillance remplissent le cœur de chaque personne qu’elle croise, est un témoignage incarné du don de soi. Don de sa vie ou de celle de ses proches pour servir et sauver son pays. Don de ses biens pour permettre à ses enfants d’avoir une vie décente. Don de sa vie pour Dieu, sans jamais faiblir ni douter.  Don chaleureux à nous, ses convives, un témoignage de vie engagée et pleine d’espérance.

Sa foi lui donne la conviction que Dieu unit les hommes même dans la mort. Ce repas si chaleureux était pour elle un signe que Elya était encore avec nous, qu’il veille sur elle et la protège.  Avec une immense fierté, elle nous montre son anneau, qu’elle porte depuis le premier jour de son mariage en 1987 et jusqu’à son dernier jour sur terre. « L’Amour a vaincu la Mort ».

Aidez les volontaires à intensifier leur aide aux familles des martyrs de Sadad, faites un don.

#1 - Les femmes en noir de Sadad : Mayada ne s’habille qu’en noir et se refuse toute nourriture sucrée depuis sept ans.
#2 - Les femmes en noir de Sadad : « Le vrai tombeau des morts, c'est le cœur des vivants. »
#3 - Les femmes en noir de Sadad : « Mon fils ne m’appartient pas, il appartient à Dieu. »
#4 - Les femmes en noir de Sadad : « La dernière information qu’elle détient sur son fils est la vidéo de son enlèvement. »
#5 - Les femmes en noir de Sadad : Une longue période de colère contre Dieu, contre sa foi, contre tout ce qui lui rappelle ses enfants disparus…
#6 - Les femmes en noir de Sadad : « Le temps que les secours arrivent, il se vide de son sang. »
#7 - Les femmes en noir de Sadad : « Il est mort pour la patrie, pour un idéal de vie. »