Actualités

Au liban, un cache-cache dans les jardins de la reine.

FR - 01/07/2019

Aujourd’hui, je ne sais pas quel est le programme de la journée. Mais, contrairement aux autres jours depuis la fin des classes, je sais que je vais être occupée. Maman nous emmène, ma petite sœur et moi, au village d’Ain Aakrine qui se trouve à quinze kilomètres de chez nous pour nous confier aux volontaires français qui ont un cœur rouge sur leur tee-shirt.

Lorsque nous arrivons, il y a déjà beaucoup d’enfants, des tout petits, des grands et d’autres qui ont l’air d’avoir mon âge. A cet instant-là, je n’ai pas envie que maman s’en aille et je serre sa main plus fort. Aucun visage ne m’est familier.

Arrive au même moment un grand garçon blond qui se présente avec un grand sourire. C’est Jean le responsable du camp. Il nous invite à rejoindre le grand cercle qui commence à se former pour la prière.

sos chretiens orient liban camp eteC’est un très grand rassemblement. Il paraît que nous sommes presque cent enfants venus des villages alentours. Après un « Notre Père » en français et un « Je vous salue Marie » en libanais, les volontaires de SOS Chrétiens d’Orient nous emmènent dans un endroit magnifique : avec les grandes colonnes d’un temple qui se dressent vers le ciel, se devine un passé religieux prestigieux. Il s’agit du type « corinthien » nous indique un des volontaires. Je n’en reviens pas de ne pas me souvenir de cet endroit alors que je n’habite pas si loin.

Nous sommes répartis en équipe et il faut que nous trouvions un nom ainsi qu’une maxime. Nous sommes les « Cèdres ». Un drapeau confectionné tous ensemble fera notre fierté et sera un bon point de repère avant le début de chaque activité du camp d’été.

Le camp commence avec les olympiades. Nous jouons au béret que nous appelons ici le « chapeau-drapeau ». C’est à partir de là que je me suis trouvée une nouvelle amie, Nour. Elle était le numéro 4 et moi j’étais le numéro 3.

sos chretiens orient camp ete volontairePuis, nous nous sommes bien dépensés avec un jeu de ballon où on devait à la fois toucher l’équipe adverse et à la fois libérer les membres de sa propre équipe. Alors que toute mon équipe était prisonnière et que nous étions à deux doigts de perdre, j’ai réussi à toucher Charbel et ainsi libérer toute mon équipe. Comme j’en étais fière !

Enfin, tels de véritables super héros partis à l’aventure, nous avons franchis avec succès toutes les étapes du parcours Hébert.

A midi, de délicieux manouchés nous attendaient. Mais, la chaleur était accablante, alors la pause s’est un peu prolongée. Nous étions bien fatigués après cette matinée sportive et commencions à nous assoupir légèrement. Puis, on entendit à l’intérieur de la maison de la musique : c’était deux volontaires qui faisaient des danses rigolotes. Cela donnait envie de se joindre à eux. Mais, je ne savais même pas si je saurais suivre leurs gestes ! Je n’ai pas eu à réfléchir plus longtemps, que je fus emportée par une ronde de danseurs. Après cela, poser des questions aux volontaires SOS Chrétiens d’Orient et leur demander de nous raconter leur vie ne m’intimidait plus.

L’après-midi, nous avons fait un grand cache-cache dans les jardins de la reine dont une pierre gravée a immortalisé son visage. Tant de vieilles pierres jonchent ce jardin qu’elles nous offraient mille et une cachettes. Mais, c’était un véritable défi de trouver sa propre cachette à soi. Défi que j’ai voulu relever ! Nous avons fait trois parties et, puisque c’était déjà l’heure de rentrer à la maison, nous avons demandé aux volontaires de refaire ce jeu tous les jours de la semaine.

Un camp d'été coûte en moyenne 2.000 euros. Faites sourire les enfants libanais, offrez leur un camp d'été !

sos chretiens orient liban camp