Actualités

La maison de Rania : L'espoir d'un avenir meilleur.

FR - 10/07/2019

Avant le début du conflit syrien, Rania et sa famille vivaient dans le quartier Al Hamidieh à Homs.

« J’étais heureuse avant la guerre. A aucun moment je ne m’étais imaginée devoir quitter ma maison. Mais les combats commençaient à faire rage et les coups de feu s’intensifiaient. Un matin, alors que Ammar et Naya, mes jeunes enfants âgées de trois ans, jouaient sur le balcon, les djihadistes ont exécuté un homme sous nos yeux. La nuit suivante, le magasin du rez-de- chaussé s’est fait bombarder par un tank. L’affrontement a duré toute la nuit. C’était atroce, nous n’avons pu fermer l’œil de la nuit. Mes enfants en font encore des cauchemars. »

Cet évènement est décisif. Le lendemain, Rania et ses enfants quittent précipitamment Homs pour Mashta où les attend son mari. Alors que celle-ci se consacre entièrement à ses jumeaux, la santé de son mari, déjà déclinante depuis longtemps, empire à cause d’un travail intense et forcené. Il n’a pas d’autres choix pour subvenir aux besoins de sa famille. Jusqu’à ce que le pire arrive. Sa jambe infectée, des problèmes respiratoires et une mauvaise irrigation sanguine l’envoient directement à l’hôpital où il passe plus de dix mois. Certains médecins lui préconisent une amputation totale de la jambe. Il ne peut s’y résoudre, il s’y oppose malgré ses souffrances. Aujourd’hui encore, il est contraint de régulièrement se rendre à l’hôpital.

sos chretiens orient syrie homs« Je me suis toujours souciée de l’état de la maison. Des gens disaient qu’elle était détruite, d’autres qu’elle était totalement brûlée. Je ne connaissais pas SOS Chrétiens d’Orient avant que Monseigneur Silvanos, évêque syriaque catholique de Homs, m’en parle. Il venait de recevoir un appel aux projets de reconstruction des maisons émanant de l’association. »

Rania espère revenir habiter à Homs dès que les travaux de reconstruction de la maison seront achevés. Retrouver sa maison, travailler, avoir un meilleur accès au soin, à l’éducation, lui permettra de quitter la misère dans laquelle elle vit actuellement. « J’avais perdu espoir. Mais quand SOS Chrétiens d’Orient a accepté de travailler chez moi, j’ai retrouvé confiance en l’avenir. Je remercie énormément tous les volontaires et les donateurs de m’aider. Dans quelques temps, je pourrais faire découvrir Homs à mes enfants et reconstruire ma vie. »

Firas, l’ingénieur employé par SOS Chrétiens d’Orient confie : « Beaucoup d’associations ont visité la maison de Rania, mais aucune n’a accepté de travailler à l’intérieur. Selon elles, le chantier était trop dangereux. La roquette, qui a frappé la salle de bain, a détruit une grande partie de la maison. Mais l’association a relevé le défi. Quand SOS Chrétiens d’Orient promet de faire une maison, les Syriens savent que ce sera fait, et bien fait ! »

Des maisons comme celle de Rania, il y en a beaucoup. Des centaines de dossiers s’accumulent sur le bureau de notre ingénieur. Cette maison, c’est la deuxième d’une série de cinq que SOS Chrétiens d’Orient s’est engagée à reconstruire. Les chantiers ont souvent un coût très élevé, mais grâce à vos dons et au travail de nos volontaires, l’espoir renait doucement à Homs.

sos chretiens orient syrie homs volontaire