Actualités

Le sourire de Nelly, pensionnaire de la maison des sœurs de Calcutta.

FR - 10/07/2019

Les volontaires à Alep visitent régulièrement la cinquantaine de personnes âgées et handicapées de la maison de retraite des sœurs de Calcutta. Les missionnaires de la Charité se dévouent chaque jour pour rendre la vie des résidents plus belle et agréable.

sos chretiens orient syrie soeur calcutta alepChaque lundi, les volontaires viennent aider les sœurs pour la grande lessive du linge de maison. Ils étendent les draps, et avec quelques résidents refont méticuleusement les lits. C’est le cas de Nelly, qui met un point d’honneur à faire le sien, à tendre les draps sans un pli, avant de s’attaquer aux lits voisins. La maison bourdonne, chacun s’affaire, et quand s’apaise l’activité de cette ruche, les volontaires se posent un moment dans la salle commune, où se rassemblent les pensionnaires ravis de cette jeune compagnie. Des rires fusent. Les jeunes français peignent les ongles des femmes, organisent quelques jeux, d’autres descendent en cuisine participer à la préparation du déjeuner. Les petits groupes discutent, Nelly traduit.

Nelly est syrienne et francophone, elle a appris le français au Liban où elle a travaillé un certain temps comme assistante d’un dentiste. Elle n’a pas de famille ni de maison et habite depuis dix ans maintenant dans le centre des sœurs. Cette septuagénaire est heureuse d’avoir l’occasion d’exercer son français mais avant tout de voir des jeunes. Les volontaires prennent un temps privilégié avec elle, diffusent ses chansons préférées, l’écoutent, apprennent à la connaître et l’encouragent.

Nelly n’est pas exigeante, tout comme ses compagnons de pension. Un peu de musique, un jeu d’échecs, une partie de ballon, des pas de danse, une discussion… sont autant de petites attention qui suffisent à poser des sourires sur les visages, derrière lesquels se cachent des trésors. Par ces moments privilégiés se crée alors l’occasion pour nos jeunes volontaires de découvrir la richesse des anciens, leurs joies quotidiennes comme leurs peines plus anciennes, parfois leurs secrets. 

sos chretiens orient alep syrieEn échangeant quelques phrases avec les pensionnaires, Alexine remarque les geste précis d’une des femmes qui semblait jusqu’alors peu intéressée, et découvre en posant des questions le passé de grande basketteuse de sa partenaire de jeu. Et chaque fois qu’ils refont les lits, les volontaires découvrent sous chaque matelas des petits trésors, bonbons, souvenirs, cartes postales, photographies… si petit bagage conservé d’un passé qui n’existe plus que dans leur mémoire et qu’ils livrent peu à peu aux volontaires émus.

« Et si en ce temps de vacances, nous prenions le temps de visiter davantage les personnes isolées, de leur envoyer une carte postale, leurs poser des questions, d’appeler nos grands-parents ? » s’interrogent les volontaires en rentrant de leur activité. « C’était facile pour nous, c’était peu, mais nous n’imaginions pas la joie qu’un moment si simple pouvait apporter. » Après avoir échangé avec les sœurs, les volontaires demandent de venir plus régulièrement passer du temps avec les pensionnaires.

Pour recueillir d’autres sourires, deviens volontaire !