Actualités

Les maraudes du coeur à Alexandrie.

FR - 11/07/2019

L’homme doit avoir une trentaine d’année. Allongé par terre, il peine à trouver une position moins désagréable pour dormir quelques heures. Les bruits de la voiture qui s’arrête attire son attention, il lève les yeux et son visage s’illumine. Le vieil homme les a déjà vu, il se redresse et affiche un grand sourire. Devant lui se tiennent des jeunes français, tous volontaires. Il est 18h30, les maraudes ont commencées. « Il y aura au moins un jour pendant lequel je n’aurai pas à me demander si je trouverai à manger, » affirme-t-il les yeux plissés par un mélange d’émotion et de soulagement. Et pour cause, un volontaire vient de lui déposer un sac de nourriture.

Ils échangent quelques mots chaleureux, quelques paroles réconfortantes avant de repartir. « Nous voudrions rester des heures avec eux pour briser leur solitude, quelques instants de plus », explique Maria, volontaire péruvienne depuis un an avec l’association. Mais il reste encore une cinquante de repas à distribuer aux sans-abris d’Alexandrie. « Récemment, nous avons rejoint les maraudes organisées par les volontaires égyptiens de l’église Maria Green Plaza. Cette idée est née de façon fortuite, à Anaphora ; oasis copte au Nord du Caire où nous avons effectué notre retraite de Pentecôte. Paisante, une volontaire égyptienne, nous a parlé de ses maraudes et de son expérience auprès des plus démunis. Ce projet a fait son chemin dans nos têtes et aujourd’hui nous voilà, dans la rue. »

Depuis, une fois par semaine, ils sillonnent les rues à la recherche de personnes éprouvées par la vie, des êtres humains réduits à un état de misère matérielle autant que morale, jetés dans les caniveaux. Ils ne sont pas au bon endroit au bon moment. Peu importe leur vie passée d’ouvrier en bâtiment, d’épicier ou encore de femme de ménage, aujourd’hui ils sont délaissés et fuient par la société. Mais si l’indifférence tue, un sourire fait revivre et c’est cet espoir que tentent d’apporter les volontaires.

sos chretiens orient egypte alexandrie maraude« Une fois je suis sorti de la voiture pour donner de la nourriture et de l'eau à un homme qui dormait sous un pont d'Alexandrie. Il avait la jambe couverte de bandages et il était sale. Sa petitesse m’a inspiré beaucoup d'amour et a éveillé en moi le désir de faire plus. Je ne me suis pas demandée s’il était chrétien ou ce qu’il avait fait pour se retrouver ici cette nuit précise, cela ne m’importait pas. Je ne voyais que son âme. Je me suis rapprochée de lui et je lui ai dit en arabe : « Prend, c'est pour toi ». Il m'a souri et m’a adressé un regard tendre. Dans ce sac contenant quelques denrées alimentaires, j’avais déposé mon cœur. A part la nourriture, je n'ai rien d’autre à offrir que mon amour et mes prières, » conclut Maria.

Il est 21h30 les équipes rentrent, le sourire aux lèvres, heureux d’avoir transmis de la joie.

En Égypte, un colis alimentaire coûte 10 euros. Un montant relativement faible au regard de la joie procurée par ces quelques denrées vitales. De France, participez à ces maraudes, faites un don.

Et si tu as du temps, rejoins nos équipes en Égypte pour réconforter les sans-abris d’Alexandrie : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.