Actualités

De Marseille à Beyrouth : un rallye nautique pour les minorités d’Orient.

FR - 16/07/2019

A l’horizon se profilent déjà les premiers voiliers de la Route du Liban. A peine descendus de la voiture, nous nous précipitons pour grimper sur les rochers à l’extrémité de la jetée. Nos yeux se plissent pour tenter de les dénombrer. Ils sont trente-et-un à avoir fait la traversée de la Méditerranée depuis la France. Très vite, il est devenu impossible de ne pas remarquer cette nuée de voiliers qui arrive du large. Les touristes sur la plage sortent de leur torpeur et commencent à s’interroger.

sos chretiens orient route du liban voilierCe n’est pas tous les jours que l’on peut assister à l’arrivée majestueuse de tant de voiliers dans le port de Jounieh. Ils arborent fièrement les couleurs du Liban et de la France et parfois même des régions d’où ils viennent : Bretagne, Occitanie… Il y a trois semaines, les bateaux de la Route du Liban sont partis de France après la célébration de la messe à l’église Saint-Victor sur le port de Marseille. On aperçoit aussi à côté des drapeaux du Liban et de la France les bannières des associations qui œuvrent pour préserver le lien d’amitié entre ces deux pays : L’Aide à l’Eglise en Détresse, Portes Ouvertes et SOS Chrétiens d’Orient. Les bénéfices générés par ce rallye nautique seront reversés à ces trois associations. Les fonds récoltés par SOS Chrétiens d’Orient seront utilisés pour rénover un centre qui accueillera des jeunes libanais pendant les vacances d’été.

Nous rejoignons le port où se presse déjà une foule sur les quais afin d’accueillir les navigateurs. Nous faisons la connaissance de la femme d’un navigateur qui peine à contenir son impatience. Les bateaux sont à quelques dizaines de mètres de nous, mais doivent patienter pour rentrer dans le port. Nous pouvons lire sur leurs visages tannés par le soleil, leur joie rayonnante d’être arrivés à bon port. Cela n’a pas toujours été facile : certains ont voulu renoncer et abandonner la traversée à l’une des rapides escales qu’ils ont faits, la Corse, la Sicile, la Grèce, la Crète et Chypre. « Les trois jours et trois nuits en pleine mer sans accoster ont particulièrement été rudes, » nous racontera un skipper. Les grands voyageurs se feront ensuite les témoins des rencontres qu’ils ont pu faire au cours de 1 700 milles parcourus. « Il s’agissait non seulement d’être le porte-parole des chrétiens d’Orient, mais aussi plus généralement d’être un message de paix et une exhortation à respecter les minorités religieuses. »

sos chretiens orient liban routeLa réponse de l’ancien délégué permanent du Liban à l’UNESCO et parrain de « La Route du Liban », Khalil Karam reformule parfaitement le message qu’a voulu porter SOS Chrétiens d’Orient, l’association à l’initiative de cette aventure : « Votre traversée de la Méditerranée est comme une manifestation pacifique pour la liberté. Dans un Orient si divisé, si meurtri par les guerres et par la négation de celle-ci, le Liban se bat contre toute forme d’oppression, notamment d’ordre religieux. (…) Le berceau des religions d’Orient doit être protégé afin que ces hommes et ces femmes puissent y rester. « La Route du Liban » participe à cette défense. Je la soutiens. »

sos chretiens orient route du liban volontaire beyrouthLe lendemain s’est tenu la conférence de presse des équipes de « la Route du Liban », à laquelle certains volontaires ont pu assister. Après avoir été notamment remerciés pour l'initiative par Jean-Marie Vidal, à la tête du projet, ils ont pu échanger avec divers protagonistes de la traversée afin de leur expliquer davantage les missions auxquelles SOS Chrétiens d'Orient s'engage.

Bienheureux nous étions à la vue de plusieurs personnes arborant fièrement, de leurs poignets, un bracelet aux couleurs et au nom de l'association, mais aussi lors des multiples discussions engagées nous citant lors du repas qui a suivi la conférence. Cette aventure, bien que grande première, a su découler sur une rencontre interculturelle entre deux grandes nations fraternelles que représentent la France et le Liban.

Sixtine, volontaire au Liban.