NOëL à HOMS : RECONSTRUIRE APRèS LA GUERRE

La ville de Homs a connu une guerre terrible ces dernières années ; le paysage a radicalement changé. Entre gravats, ronds à bétons, impacts de balle, immeubles en ruines et épaves de voiture, la vie a repris, comme une victoire plus grande que celle de la guerre. Les souks ouvrent de nouveau de jours en jours, les familles reviennent petit à petit. Il y a encore quelques mois, aucun bruit ne se faisait entendre à la nuit tombée dans le quartier. Maintenant, il arrive que le son d’une fanfare scoute transperce la nuit, que les cris de joie d’un mariage  surprennent les volontaires dans leurs activités, ou que le bruit d’un chantier les réveillent à l’aurore, car le voisin est revenu au milieu de la nuit, et doit reconstruire sa maison.

Antoine, ancien chargé de communication à Homs

La naissance du Christ révèle à tout le monde, peu importe les communautés, que la joie est plus grande que la mort, que la vie éternelle est la raison de notre vie sur terre. Dieu s’est fait homme pour nous sauver, non pas comme un prince mais comme le plus petit des plus petit, né dans une mangeoire car refusé à l’auberge du village. C’est notre vie simple, notre amour et notre joie qui nous mènerons à la plénitude de notre vie auprès de Dieu. Jésus nous a montré l’exemple d’une vie bonne, que nous croyions ou pas en LUI.

Chaque année et depuis cinq ans, l'association Bayti organise un grand événement de Noël à Homs, sur la place Hamadilyeh, pour fédérer toute la communauté après les épreuves vécues ensemble.

Les enfants dansent, les mères de famille courent après eux, les pères discutent vie quotidienne. Les pompons des bonnets rouges dépassent d’une étale de popcorn. Les yeux plein d’étoiles brillent de gourmandise. Déjà les petites mains s’avancent pour empoigner quelques bonbons. En fond musical, Feel the Magic in the air de Magic System. Un air pop qui remplit de joie les plus jeunes tentant maladroitement quelques pas sur la piste de danse.

Difficile dans ce brouhaha général de comprendre les paroles du voisin. Il faut tendre l’oreille alors que les basses poussées au maximum font augmenter le rythme cardiaque. Les volontaires comprennent vite qu’il sera très difficile de filmer ces scènes mémorables en conservant un son non saturé.

Au stand SOS Chrétiens d’Orient, les volontaires de service revêtus du traditionnel sweat au cœur rouge, essaient tant bien que mal de ne pas se brûler les doigts au contact des thermos de café et thé brûlant.

Les familles défilent dans les rues bondées avant de se retrouver au pieds du sapin pour le concert de Noël. Les jeunes chanteurs arborent fièrement une écharpe et un bonnet rouge plus pour se réchauffer que pour une question esthétique. Les sons polyphoniques rebondissent contre les murs des immeubles avant de se perdre dans le vent qui siffle vers le ciel.

Comme l’an passé, SOS Chrétiens d’Orient participe à l’organisation de l’événement. Les volontaires seront là, comme par hommage aux amis décédés, pour l’espoir d’un avenir meilleur, un avenir qui commence à pointer le bout du nez.

Les familles de Homs vous devront leurs sourires et leurs cris de joie. Soutenez le projet du marché de Noël.

Objectif : 2000 €
175%

AIDEZ-NOUS ICI À LES AIDER LÀ-BAS

DEVIENS VOLONTAIRE !

Le volontariat est un engagement d’une durée définie. Le volontaire s’engage dans une mission au service des autres. Pour être volontaire chez SOS Chrétiens d'Orient il faut :

- avoir plus de 18 ans

- partir minimum 1 mois

- être en bonne forme physique

- avoir l'accord parental pour un éventuel départ

"Je vous demande d’être révolutionnaires. Ayez le courage d’aller à contre-courant. Et ayez aussi le courage d’être heureux ! "

Pape François,

28 juillet, discours aux volontaires des JMJ, Rio de Janeiro.