DES œUVRES D’ART POUSSIéREUSES EN PéRIL

Bâtiment d’après-guerre, le musée de Homs est situé dans le centre de de la ville, dans l’une des rues les plus importantes : la rue Shukri Al Quwatli, entouré du café d’été Al Rawdah et d’un théâtre à deux étages. Auparavant siège de la municipalité de Homs, il est l’un des plus beaux édifices français de l’entre-deux guerres qui a été choisi comme musée national.

Ouvert en 1974, il avait été construit en trois étapes : un rez-de-chaussée en 1922, le 1er étage en 1949 suivi du 2ème étage en 1963.

Depuis les expositions ont beaucoup changé au fil des successions des directeurs ou directrices.

En 2012, les combats se sont rapprochés des portes du musée.

Diala BARAKAT, Responsable du département des fouilles archéologiques

La destruction de la ville nous a profondément attristés. Mais nous ne pouvions pas juste nous morfondre. Nous devions faire notre devoir pour Homs. Comme tant d’autres bâtiments, notre musée a été fortement exposé aux combats. A la libération, nous nous sommes mis à pieds d’œuvre pour nettoyer et répertorier les œuvres, afin de sauvegarder le patrimoine et le préserver pour les générations futures. Après de long mois de travaux, le musée a retrouvé de sa superbe.

Les musées syriens ont été fermés environ six ans. Le musée national de Damas a rouvert ses portes depuis trois mois, puis l’amphithéâtre historique de Bosra. Nous espérons tous que le musée national de Homs rouvrira prochainement.

Toutes les ressources informatiques sont perdues, les œuvres abimées par la barbarie des terroristes. La peur pousse les chrétiens à quitter les lieux en laissant derrière eux les trésors de ce qui représente la grandeur d’une civilisation.

La libération de la ville a laissé de nombreuses ruines et des destructions parfois irréparables sur la majorité des bâtiments. Des mesures ont été prises pour préserver les expositions dans des lieux sûrs. Elles ont été gardées dans des entrepôts pour prévenir le vol et le sabotage. Mais les œuvres d’art ont maintenant assez dormi dans l’ombre. Leur manteau de poussière s’est fait trop épais. La direction du Musée avec l’association SOS Chrétiens d’Orient a décidé d’y remettre la lumière.

Après la réouverture des centres culturels majeurs de Syrie, celui du Musée de Homs est venu. SOS chrétiens d'Orient s'engage pour la culture, convaincu que la reconstruction passe aussi par la préservation d'un héritage multi centenaire !

Pour cela, l’association, avec l’aide des donateurs, compte rénover tout le rez-de-chaussée du Musée. Le hall a besoin d’être rafraichi ; les fenêtres d’être protégées. Dans la salle palmyrienne jouxtant le hall, toutes les fenêtres doivent être rénovées et les murs repeints. Dans une seconde, la salle Al Rastan, sont stockées les œuvres d’art locales, les mosaïques du rif de Homs et toutes œuvres de la région.

Quelques seize fenêtres dont la boiserie est à refaire et quelques litres de peinture pour les murs !

Nous avons besoin de vous ! La culture d’un pays est l’une de ces racines les plus profondes ! Aidez-nous à rouvrir le Musée de Homs.

Le coût total de la rénovation s’élève à environ 2.000 euros :

  • 500 euros pour la peinture
  • 615 euros pour la réfection des fenêtres

AIDEZ-NOUS ICI À LES AIDER LÀ-BAS

DEVIENS VOLONTAIRE !

Tu es majeur ? Le sort des chrétiens d'Orient t'inquiète ? Tu souhaites t'engager auprès des plus démunis qui souffrent de la guerre, de la pauvreté et des persécutions ?

Alors n'hésite plus et engage-toi dès maintenant avec SOS Chrétiens d'Orient pour aller effectuer une mission au Proche-Orient !

Pour cela envoi un mail à volontaires@soschretiensdorient.fr et nous prendrons très vite contact avec toi.

 _________

"Regarder l'autre, l'écouter, lui sourire, s'intéresser à lui, d'après moi, c'est le commencement de l'être humain."

Sœur Emmanuelle,