RESTAURATION DE LA FABRIQUE DE DEBESS à MAALOULA

Maaloula est le seul lieu en Syrie où le Debess est encore produit de manière artisanale. Ce produit fait donc partie intégrante du patrimoine culturel de Maaloula. Aussi, la demande pour le Débess de Maaloula est très forte dans toute la Syrie.

La technique employée pour fabriquer le Debess est ancestrale:  une grosse cuve sous laquelle est présent un véritable brasier. Une fois l'eau évaporée, reste présent au fond du récipient une sorte de mélasse, relativement épaisse, qu'il faut remuer en continue.

Les habitants de Maaloula en produisent déjà une quantité importante.

Cependant, le bâtiment dans lequel la fabrication est effectuée est en mauvais état. Le propriétaire des lieux demande donc un financement pour effectuer différents travaux de rénovation.

Julien, 24 ans, volontaire à Maaloula

Nous avons à cœur d’aider les gens qui font vivre leur culture et qui ont envie de travailler, qui ont envie d’avancer, de s’en sortir.

Le debess est une confiture de raisin fabriquée dans des grands pots de terre cuite. Les volontaires participent avec les ouvriers syriens à la reconstruction du lieu. L’association finance également une partie du matériel.

 

Grâce aux salaires des artisans et des ouvriers, cinq familles, dont celle d’un martyr, peuvent vivre. Tout le village bénéficie du rayonnement économique et culturel de ce projet que l'association a financé à hauteur de 3225 euros. 

AIDEZ-NOUS ICI À LES AIDER LÀ-BAS

DEVIENS VOLONTAIRE !

Tu es majeur ? Le sort des chrétiens d'Orient t'inquiète ? Tu souhaites t'engager auprès des plus démunis qui souffrent de la guerre, de la pauvreté et des persécutions ?

Alors n'hésite plus et engage-toi dès maintenant avec SOS Chrétiens d'Orient pour aller effectuer une mission au Proche-Orient !

Pour cela envoi un mail à volontaires@soschretiensdorient.fr et nous prendrons très vite contact avec toi.

 _________

"Regarder l'autre, l'écouter, lui sourire, s'intéresser à lui, d'après moi, c'est le commencement de l'être humain."

Sœur Emmanuelle,