RECONSTRUCTION D'UN MONASTèRE à KESSAB

Le village de Kessab est un village syrien adossé à la frontière turque et essentiellement peuplé d’Arméniens.

En mars 2014 il tombe sous le joug des islamistes qui se réclament d’Al-Qaïda. S’ils n’y demeurent « que » quelques mois, cela leur a suffi pour détruire une bonne partie du patrimoine historique et religieux.

Les églises et le cimetière ont été profanées et brûlées, les maisons pillées, les murs tagués de graffitis anti-chrétiens, les statues brisées à coup de burin.

Père Boutros Kassis

Le 21 mars 2014, à 5 heures du matin, nous avons entendu une explosion. C’était comme des rafales de mitrailleuse. De loin, j’entendais crier “Allah Akbar” alors même que les bombes pleuvaient sur nous.

En trois ou quatre jours, 12 000 bombes environ ont été envoyées sur notre village ! En haut de la colline,un sniper épiait les allers-venues. Tout le monde se cachait. Il y a eu des morts, il y a eu des martyrs.

Perché en haut d’une montagne, baigné par le soleil et bordé d’arbres fruitiers, le couvent syriaque orthodoxe de Kessab porte, encore aujourd’hui, les stigmates du passage des djihadistes. Les gravas recouvrent les sols, les vitres sont brisées, les murs criblés de balles.

Le père Boutros Kassis, vicaire patriarcal syro-orthodoxe d’Alep a fait appel à notre équipe en Syrie pour venir donner une nouvelle vie au couvent car aujourd’hui la vie a repris. Ainsi, depuis le 1er août 2017, un chantier de rénovation du monastère a été lancé.

Une fois les travaux finis, il servira de maison d’accueil pour les religieux et les touristes de passage dans la région. Une partie des bâtiments sera dédiée à un centre d’activités pour les enfants. C’est un beau projet que soutient l’association qui a envoyé 6 volontaires français et syriens. Une brise légère s’engouffre dans les trois étages, ouverts à tout vent. A l’extérieur, le soleil de plomb darde de ses rayons le jardin potager. Les senteurs de l’été aiguisent les sens ; pommiers, pêchers, figuiers et grenadiers colorent la terre asséchée.

Dans ce cadre extraordinaire, les volontaires burinent, terrassent, déblaient, ramassent, transportent les déchets et recommencent, de 08h00 à 16h00, tous les jours. L’ambiance est à la rigolade et tous se comprennent sans vraiment se comprendre. Malgré les courbatures et les blessures légères, les volontaires ne sont pas en reste.

Le chantier avance sous les yeux attentifs de leurs spectateurs préférés, les oiseaux délogés du troisième étage ou la tortue « Alexandre ». Quelques fois, le Père Boutros Kassis inspecte le chantiers et l’avancée des travaux avant de s’éloigner en gratifiant les volontaires d’un « Que Dieu vous bénisse ! »  La fin des travaux est prévue pour avril 2018.

Vous aussi, mettez votre pierre à l’édifice, participez à la reconstruction du couvent de Kessab.

La réparation des briques du toit coûte 817 euros.  Pour équiper la cuisine nouvellement rénovée, 6.537 euros ont été nécessaires. Avec 3.224 euros, vous réparez le réseau électrique du monastère.

AIDEZ-NOUS ICI À LES AIDER LÀ-BAS

DEVIENS VOLONTAIRE !

Tu es majeur ? Le sort des chrétiens d'Orient t'inquiète ? Tu souhaites t'engager auprès des plus démunis qui souffrent de la guerre, de la pauvreté et des persécutions ?

Alors n'hésite plus et engage-toi dès maintenant avec SOS Chrétiens d'Orient pour aller effectuer une mission au Proche-Orient !

Pour cela envoi un mail à volontaires@soschretiensdorient.fr et nous prendrons très vite contact avec toi.

 _________

"Regarder l'autre, l'écouter, lui sourire, s'intéresser à lui, d'après moi, c'est le commencement de l'être humain."

Sœur Emmanuelle,